Sur la photo, on retrouve à l'avant l'élève Sébastien Roy; Jacqueline Paterson, coordonnatrice de Jeunes entreprises; l'élève Chloé Cormier; et Francois Turpin, directeur de l'éducation au CSDCEO. À l'arrière, on aperçoit André Martel, directeur général de l'Académie entrepreneuriale de Prescott-Russell, les élèves Sébastien Hébert, Benoit Rochon et Sean Walsh, ainsi que l' enseignant Jean-Marc Leclerc.

Des élèves en affaires dans l'Est ontarien

Les élèves de 12e année de deux écoles secondaires du Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO) vivront l'expérience de la gestion d'une entreprise.
Le lancement du programme Entreprise étudiante dans les écoles secondaires catholiques d'Embrun (ESCE) et le Relais d'Alexandria a eu lieu mercredi.
En partenariat avec l'organisme Jeunesse Entreprise et l'Académie entrepreneuriale de Prescott-Russell, il offre aux élèves la possibilité de créer et de gérer leur propre entreprise. Les participants seront épaulés par des entrepreneurs locaux offrant leur temps bénévolement pour la conception, l'organisation et l'exploitation d'une entreprise réelle.
À Embrun, le lancement du programme s'est déroulé en présence de nombreux dignitaires, dont le maire du canton de Russell, Pierre Leroux.
«Étant moi-même propriétaire d'entreprise, je dois avouer que si j'avais eu accès à un programme comme celui-là, ça m'aurait évité plusieurs maux de tête, dit-il. Je pense que le rôle de gouvernement n'est pas de créer de l'emploi, mais de créer les circonstances où les gens peuvent créer les emplois.»
Les participants devront préparer un plan d'affaires, effectuer une analyse de marché et prendre des décisions quant à la vente de leur produit ou service. À la fin, les élèves procéderont au démantèlement de leur entreprise.
À Alexandria, le programme sera offert dans le cadre du cours de Leadership et animation récréative, alors qu'à Embrun, il sera dispensé aux élèves du cours de Technologie du design de l'enseignant Jean-Marc Leclerc.
«Ici, nous avons des élèves senior et on veut leur proposer autre chose que du bricolage. On leur propose quelque chose de très concret avec, de notre côté, une attitude non interventionniste», explique M. Leclerc.
Les élèves de l'ESCE ont mis sur pied une entreprise se spécialisant dans la construction de pancartes fabriquées de bois recyclé. Ceux du Relais s'investiront dans une boîte de publicité portant sur les événements culturels d'Alexandria.