Même si l’acheteur éventuel de la maison n’était pas présent lors de la journée portes ouvertes, Ash Alles (deuxième à droite) considère toujours qu’elle a été un succès.

Des agents immobiliers innovent pour l’organisation de journées portes ouvertes

TORONTO — L’agent immobilier Ash Alles voulait organiser une journée portes ouvertes mémorable.

Alors, il a contacté un camion de bouffe de rue.

«La nourriture est ce qui motive les gens», a expliqué M. Alles, un agent de Sutton Group Summit Realty à Mississauga, en Ontario. «Nous essayons d’en faire un événement, par opposition à une journée portes ouvertes traditionnelle.»

La journée portes ouvertes de la maison en rangée de Burlington, en Ontario, à l’ouest de Toronto, a attiré en mai dernier plus de 200 personnes pendant quatre heures, par un dimanche après-midi ensoleillé. Il y avait des tacos gratuits, de la musique et les gens étaient encouragés à emmener leurs bébés et leurs chiens.

Même si l’acheteur éventuel de la maison n’était pas présent lors de la journée portes ouvertes - qui a été surnommée «Fiesta de quartier du Cinco de Mayo» -, M. Alles considère toujours qu’elle a été un succès.

À tel point que depuis le printemps, il a engagé un camion de bouffe de rue pour cinq autres journées portes ouvertes.

M. Alles dépense environ 5000 $ à chaque fois pour le camion, ce qui est largement supérieur aux 250 $ généralement dépensés par un agent immobilier pour organiser une journée portes ouvertes.

«Je veux que mes inscriptions se démarquent. Nous voulons que les acheteurs viennent voir nos inscriptions. Nous voulons vendre nos inscriptions», a-t-il expliqué. «Tout ce que nous pouvons faire pour générer du trafic en vaut la peine. Oui, on doit dépenser un peu plus d’argent, mais c’est ce que le marketing est et c’est ce qui va faire vendre une maison en fin de compte.»

Des camions de bouffe de rue aux remises de cadeaux comme des tablettes iPad, en passant par les soirées privées de dégustation de vins et fromages, les agents immobiliers redoublent d’ardeur pour attirer les acheteurs potentiels à une journée portes ouvertes, des initiatives qui pourraient devenir plus difficile à justifier alors que les marchés immobiliers du pays continuent de montrer des signes de ralentissement.

«La journée portes ouvertes a évolué», a observé Ryan Hartlen, un courtier de Halifax qui travaille dans le secteur depuis 15 ans.

«À l’époque, on mettait une pancarte, on annonçait dans le journal et on voyait qui se présentait.»

De nos jours, les personnes qui assistent à des journées portes ouvertes peuvent s’attendre à tout, des biscuits et des planches de charcuterie aux livres à colorier pour les enfants, en passant par des paniers cadeaux pour gourmands.

Bien que l’acheteur final ne soit pas nécessairement le voisin curieux ou le promeneur de chien qui a décidé d’aller jeter un oeil sur la maison à vendre, la plupart des agents immobiliers y voient une occasion de présenter la propriété au plus grand nombre de personnes possible.

«Un bon moment avec les bonnes personnes»

Mais les stratégies pour gérer une journée portes ouvertes peuvent être bien différentes, comme le souligne Brett Starke, représentant de la firme PSR Brokerage, au centre-ville de Toronto.

«Je ne fais ni eau, ni café, ni quoi que ce soit», a expliqué M. Starke, spécialiste des ventes de copropriétés du centre-ville de Toronto et de maisons dans l’Ouest de la ville. «Je ne fais donner que des informations directes (sur la propriété).»

Il affirme qu’il est plus important pour lui de faire entrer le bon type de personne dans la propriété d’un client, une personne sérieuse, plutôt que de chercher à attirer n’importe qui dans la rue.

«Il y a une différence entre attirer des gens et attirer un acheteur», a fait valoir M. Starke.

Pour lui, une journée portes ouvertes réussie consiste à accueillir six à dix personnes et à pouvoir leur accorder une attention particulière et répondre à toutes leurs questions.

«Nous voulons passer le bon moment avec les bonnes personnes», a-t-il affirmé. «Personne ne va acheter un condo ou une maison parce que quelqu’un leur a donné une bouteille de vin de 20 $. Les gens qui viennent chercher de la nourriture gratuite ne seront pas ceux qui achèteront la maison.»

Selon M. Starke, les agents qui utilisent ces tactiques «fantaisistes» font du tort à leurs clients, alors que l’argent supplémentaire dépensé pour la journée portes ouvertes pourrait plutôt être utilisé pour la recherche et le marketing directement auprès de la catégorie démographique appropriée d’acheteurs.

Et que dire des voisins curieux souvent vus aux portes ouvertes? Son conseil est d’organiser un événement VIP avant la journée portes ouvertes, afin de ne pas distraire les acheteurs potentiels.

«Les journées portes ouvertes sont presque devenues un événement social du samedi ou du dimanche où les gens se disent: «Pourquoi ne pas aller voir de belles propriétés dans le quartier, trouver de l’inspiration pour notre décoration et espionner nos voisins?»» a-t-il illustré.

«Nous ne voulons pas que les curieux qui se plaignent de tout et de rien soient là en même temps que le véritable acheteur.»