L'entreprise Cryptotechnologies inc. possède un site de minage dans un local industriel à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Cryptomonnaies: la Régie dit oui au tarif dissuasif provisoire

MONTRÉAL — Hydro-Québec pourra imposer un tarif dissuasif aux mineurs de cryptomonnaies — comme le Bitcoin — et promoteurs de projets de chaînes de blocs jusqu’à ce que les balises visant à encadrer ce secteur soient jetées.

Dans une décision de 45 pages rendue vendredi dernier, en fin de journée, la Régie de l’énergie a accepté, à quelques exceptions près, les demandes soumises par la société d’État le mois dernier.

À 15 cents le kilowattheure (kWh), le tarif dissuasif provisoire est deux fois plus élevé que le prix payé par les clients résidentiels de la société d’État.

Selon le tribunal réglementaire, sa décision permettra «d’assurer la sécurité des approvisionnements en électricité» dans un contexte «particulier de demandes massives, soudaines et inattendues».

Prise de court, Hydro-Québec dit qu’environ 300 requêtes lui ont été acheminées, ce qui représente une demande d’environ 18 000 MW, soit plus de 40% de sa capacité de production. Environ la moitié des propositions seraient jugées sérieuses.

Toutefois, en ce qui a trait aux neuf réseaux municipaux de la province, la Régie estime que les ententes conclues avant le 6 juin dernier avec des villes et des promoteurs pourront aller de l’avant.

Un porte-parole d’Hydro-Québec, Jonathan Côté, n’était pas en mesure de préciser lundi le nombre de projets concernés, mais il a expliqué, au cours d’un entretien téléphonique, que cela représentait «plus de 100 à 150 MW».

Les audiences sur le fond, visant à encadrer cette industrie qui semble avoir un appétit apparemment insatiable pour de l’énergie, devraient débuter en août.