Sur une table du local trônent quelques bidules en plastique de diverses couleurs, munis de branches trouées. Pas évident de deviner qu'il s'agit de pochoirs à semences, spécialement conçus pour disperser aux bonnes distances les graines de différents légumes.

Créer en 3D avec le Fabmobile

Dans un coin d'un local de la rue Eddy, dans le Vieux-Hull, une imprimante 3D moule du plastique rose à 200 degrés Celsius. La technologie peut paraître inaccessible pour plusieurs. C'est là que le Fabmobile Outaouais intervient, en se donnant la mission de stimuler les méninges des jeunes créatifs des quatre coins de la région, une initiative qui pourrait carrément mener à de nouvelles inventions.
Sur une table du local trônent quelques bidules en plastique de diverses couleurs, munis de branches trouées. Pas évident de deviner qu'il s'agit de pochoirs à semences, spécialement conçus pour disperser aux bonnes distances les graines de différents légumes. Mais pour ceux qui ont besoin d'un tel pochoir, le Fabmobile Outaouais en a conçu à une fraction du prix d'un produit similaire usiné.
« Le modèle qui existe, c'est très cher, c'est 50 $, et moi je peux le produire pour cinq dollars », souligne Gabriel Froment-Lacasse, qui a décroché, avec ses comparses Jasmine Gareau-Lindsay et Fannie Joly-Émond, l'un des trois postes étudiants de « génie créatif » pour le Fabmobile.
L'étudiant en génie mécanique souhaite même imprimer les différentes composantes d'une imprimante 3D afin d'en fabriquer à moindre coût, puisqu'il n'aura ensuite qu'environ 300 $ de morceaux à acheter pour créer une machine se détaillant à plus de 1000 $ sur le marché.
C'est avec des projets de la sorte que le Cégep de l'Outaouais, la Table jeunesse Gatineau le Pôle d'économie sociale Outaouais souhaitent attirer les créateurs d'ici vers le Fabmobile, qui permet de conceptualiser des produits pour ensuite les imprimer en quelques heures. Une première activité a eu lieu récemment avec le programme C-Vert d'Enviro Éduc-Action à la bibliothèque Guy-Sanche de Gatineau, et l'expérience se répétera ce samedi de 10 h à 14 h à la bibliothèque Lucy-Farris, et dimanche aux mêmes heures à la bibliothèque Guy-Sanche.
Le projet de Fabmobile Outaouais, mis en branle il y a quelques semaines pour la saison estivale, découle de l'annonce récente de subventions totalisation près de 1,3 million $ pour la construction d'un incubateur d'entreprises au Cégep de l'Outaouais.
Professeur en technique de génie électrique au sein de l'établissement, François Perron souhaite que la version permanente du Labmobile qui sera ultérieurement créée puisse attirer tous ceux qui ont une idée à conceptualiser.
« On veut aussi créer une gouvernance pour donner une pérennité au projet de Fabmobile, aller chercher des partenaires et des bailleurs de fonds pour que le projet ne soit pas juste cet été », souligne Jasmine Gareau-Lindsay.