Près du deux tiers des entreprises des Comtés unis de Prescott et Russell ont de la difficulté à jongler avec les impacts de la COVID-19.
Près du deux tiers des entreprises des Comtés unis de Prescott et Russell ont de la difficulté à jongler avec les impacts de la COVID-19.

COVID-19: Une majorité des entreprises des CUPR en difficulté, dit un sondage

Près des deux tiers des entreprises des Comtés unis de Prescott et Russell ont de la difficulté à jongler avec les impacts de la COVID-19, soulignent les résultats d’un sondage mené par le comité du Développement économique et touristique des CUPR dévoilé mardi.

Selon le sondage, pas moins de 62% des entreprises interrogées ont affirmé que la COVID-19 créait une situation difficile pour leurs opérations et 7% considéraient cette dernière comme critique.

À l’opposé, 19% des commerçants sondés ont pour leur part souligné que la pandémie n’avait eu aucun impact sur leur entreprise, alors que 13% disent avoir profité du contexte pour étendre leur offre de services et faire croître leur commerce en s’adaptant à la nouvelle réalité imposée par la pandémie.

L’étude, menée du 1er au 8 mai dernier auprès de 479 entreprises des CUPR conjointement avec les municipalités, visait à évaluer le soutien entrepreneurial requis afin de pouvoir agir promptement et fournir de l’aide aux commerçants.

Selon le sondage, pas moins de 62% des entreprises interrogées ont affirmé que la COVID-19 créait une situation difficile pour leurs opérations et 7% considéraient cette dernière comme critique.

Questionnés au sujet des programmes d’aide offerts par les différents paliers de gouvernement, 43 % des répondants disent ne pas avoir eu recours à un programme fédéral ou provincial. De ce nombre, 24% mentionnaient ne pas être admissibles aux programmes offerts lors de la mise en branle de l’étude. «Ce sont les entreprises des secteurs du commerce du détail, de l’agriculture, des services alimentaires et de la construction comptant de 1 à 19 employés qui recherchent le plus de soutien de la part des gouvernements», peut-on lire dans l’étude.

Rappelons que la Société de développement communautaire de Prescott-Russell (SDCPR), en collaboration avec l’Agence fédérale de développement économique du sud de l’Ontario, offre deux programmes d’aide financière aux PME de la région afin de contrer l’impact de la pandémie de la COVID-19.

Le programme de Fonds d’aide et de relance régionale de Prescott-Russell est un soutien financier sans intérêt pour aider les entreprises qui ne peuvent pas accéder aux mesures de soutien existantes du gouvernement. Il vise également à aider celles qui n’ont pas accès à une aide des institutions financières. Afin d’accéder au soutien à concurrence de 40 000$, les entreprises éligibles doivent être situées dans les CUPR, être touchées négativement par la pandémie ou «avoir tenté d’accéder à d’autres mesures d’aide fédérale ou provinciale et étaient inadmissibles», entre autres. À plus grande échelle, le Fonds d’aide et de relance régionale du gouvernement fédéral prévoit plus de 252 millions de dollars d’investissement dans le sud de l’Ontario.

Le SDCPR offre également le Prêt de relance COVID-19, un prêt limité offrant une aide de 5000$ à 20 000$ aux petites et moyennes entreprises qui ont mis en place des mesures pour faire face au virus qui ont eu un impact négatif sur leurs opérations. Les détails des programmes d’aide peuvent être consultés sur le site du SDCPR.

Néanmoins, le sondage mené par le comité de Développement économique et touristique a su se montrer encourageant, soulignant que le nombre d’entreprises ayant été obligées de fermer leurs portes définitivement en raison de la pandémie demeure faible pour l’instant. Cela dit, les entrepreneurs demeurent plus que jamais précaires face à l’avenir.