Carlos Leitão et Philippe Couillard s'adressent aux journalistes à l'Assemblée nationale, mercredi.

Couillard tire à la fois sur la dette et sur la CAQ

Le premier ministre Philippe Couillard s’en est pris à la Coalition avenir Québec en annonçant que son gouvernement entend retirer 2 milliards $ par année du Fonds des générations pendant cinq ans pour rembourser la dette de l’État québécois.

Cette mesure figurera dans le 5e budget que présentera le ministre Carlos Leitão le 27 mars. Elle a été annoncée avec emphase mercredi, ce qui est inusité pour un élément phare d’un budget à venir, d’autant que celui-ci ne sera pas présenté avant 13 jours encore.

«On voulait en faire une annonce isolée» afin qu’elle ne passe pas inaperçue, ni auprès des Québécois ni auprès des grandes agences de notation financière, a justifié le premier ministre.

Puiser des sommes dans le Fonds des générations pour d’autres fins que de réduire la dette serait «illégal», a insisté M. Couillard. «Ce serait une catastrophe», a-t-il dit. À ses côtés, le ministre des Finances a soutenu qu’il s’agirait d’un «détournement de fonds». Les deux visaient la CAQ.

Au cours des cinq prochaines années, soit de 2018-2019 à 2022-2023, une somme de 10 milliards$ provenant du Fonds des générations sera donc utilisée pour rembourser des emprunts venant à échéance. Sur cinq ans, c’est près de 1,1 milliard$ de plus qui pourra être épargné en intérêts.

«En clair, plutôt que d’envoyer un milliard aux banquiers à l’étranger, on va le garder chez nous, a indiqué M. Couillard. Nous posons un geste responsable et équilibré qui s’inscrit dans notre quête d’une plus grande équité intergénérationnelle dans un nouveau Québec.»

L’enveloppe totale du Fonds des générations, qui s’élève à 13 milliards $, continuera de croître malgré tout, puisque le gouvernement prévoit y verser chaque année plus d’argent que les deux milliards qu’il entend retirer annuellement jusqu’en 2022-2023.

«Cette annonce marque un tournant dans l’histoire», selon le ministre Carlos Leitão. Il estime que la dette brute de 210 milliards $ du Québec sera ramenée à 45 % du PIB en 2022-2023. En 2016-2017, elle équivalait à 53,4 % du PIB.

La CAQ bondit

Le chef caquiste François Legault a souvent dit qu’il réduirait les versements au Fonds des générations afin de diminuer le fardeau fiscal des contribuables. Depuis l’accumulation d’importants surplus budgétaires, il n’est cependant plus revenu là-dessus.

«Les libéraux poursuivent la stratégie du mensonge organisé à l’endroit de la CAQ», dit-on au parti. Celui-ci a tenu à faire savoir qu’en septembre dernier, M. Legault a même précisé «que nous n’avons plus besoin de réduire les versements futurs au Fonds pour financer la baisse d’impôt» qu’il réclamait encore alors — une baisse en bonne partie consentie par le gouvernement Couillard lors de son exercice de révision budgétaire en novembre.

M. Legault a très clairement dit, mercredi, qu’un éventuel gouvernement caquiste ne réduirait pas les versements au Fonds des générations dans un contexte de surplus budgétaires.

Sur le fond, et le Parti québécois et la Coalition avenir Québec appuient le choix du gouvernement de réduire la hauteur de la dette en puissant dans le Fonds.

Ils ont par ailleurs tous deux dénoncé les fuites médiatiques sur le prochain budget.

Certains estiment que cette annonce à ce stade-ci comporte un élément stratégique, soit celui de faire en sorte que le monde politico-médiatique finisse par être moins fixé sur le dossier des médecins spécialistes.