Pierre Mantha, Alain Lebel, Michel Mantha et Yan Aubé verront sous peu les premières « palettes » de Waxwing Bohemian Gin quitter l’entrepôt de Gatineau. Les bouteilles devraient être mises en vente par la SAQ d’ici une ou deux semaines.

Un gin gatinois bientôt à la SAQ

Un millier de bouteilles de gin gatinois quittera l’entrepôt d’AiR Distillerie jeudi, première étape vers leur arrivée sur les tablettes des succursales régionales de la Société des alcools du Québec (SAQ) d’ici « une ou deux semaines ».

Le président d’AiR Distillerie, Pierre Mantha, a indiqué que les premières « palettes » de Waxwing Bohemian Gin seront ramassées jeudi par la SAQ, ce qui représente plus de 1000 bouteilles de 750 millilitres. Le gin à 41 % d’alcool, qui se vendra 39,95 $ la bouteille, entamera ensuite un « processus » devant mener à sa mise en vente d’ici « une ou deux semaines » par la société d’État.

Selon M. Mantha, le marché de l’Outaouais sera testé pendant environ un mois, après quoi la vente à plus grande échelle dans les autres régions pourrait être envisagée.

Installée dans immeuble de 15 000 pieds carrés de l’Aéroparc industriel de Gatineau, la distillerie artisanale devrait voir un autre de ses produits, la Vodkalight, être mise en vente à la SAQ vers le mois de septembre. La distillation se fait à partir de maïs local, tant pour le gin que pour la vodka.

À la SAQ, on confirme que le gin devrait arriver en succursale « dans les prochaines semaines si tout se déroule comme prévu », mais on souligne qu’il est encore « impossible de savoir quand » la Vodkalight sera sur les tablettes. Pierre Mantha prévoit aussi lancer un autre produit, le Mayhaven, l’automne prochain. Il s’agira d’une liqueur à saveur de gingembre présentant une teneur en alcool de 33 % qui pourra se consommer sous forme de shooters et qui sera sucrée avec du miel québécois, a fait savoir l’entrepreneur.

Lors de l’annonce d’une contribution gouvernementale en avril, M. Mantha avait affirmé qu’il souhaitait percer le marché ontarien dès l’an prochain, le tout dans le but de franchir les frontières canadiennes « d’ici deux ans ».