Réparations d’auto: testez vos connaissances

Idée reçue: le consommateur est aujourd’hui mieux informé et par conséquent plus exigeant qu’autrefois. On le dit aussi plus averti et rompu aux règles du commerce grâce à l’accès accru à une grande diversité de sources de renseignements (Internet, revues et émissions spécialisées, chroniques dans les journaux, etc.) sans compter la source d’information que constituent de plus en plus les réseaux sociaux.

Mieux informé et plus exigeant, sans doute. Le consommateur, on peut l’affirmer sans ambages, sait qu’il a des droits. Lesquels ? C’est là que ça peut parfois se gâter un tout petit peu.

Vous vous targuez d’être un consommateur averti et aguerri? Testez vos compétences en consommation en répondant aux questions suivantes portant sur le domaine de la réparation d’automobiles :

Cas no 1 : Une réparation garantie
Une semaine avant de partir en voyage avec la petite famille pour la semaine de relâche, vous aviez pris la précaution de faire vérifier votre automobile pour vous assurer de ne pas connaître d’ennuis pendant cette petite escapade. Sur les bons conseils de votre mécanicien, vous avez consenti au remplacement des freins qui présentaient une usure excessive. Survint ce qui ne devait pas survenir, vos freins vous ont à nouveau fait défaut une fois rendu à destination, à 300 km de votre localité. Vous avez donc fait réparer les freins à vos frais dans un atelier local et, au retour, vous communiquez avec votre garagiste pour lui exiger le paiement de la facture.

Question: Votre garagiste est-il tenu de vous rembourser cette facture ?

A) Oui, car il s’agissait d’une situation de réparation d’urgence affectant par surcroît la sécurité de votre véhicule. La garantie légale s’applique.

B) Non, car la garantie de 3 mois ou 5000 km prévue par la Loi sur la protection du consommateur ne s’applique que pour une réparation effectuée par le même garagiste.

C) Non, car vous ne l’avez pas avisé avant de procéder à la réparation par un autre garagiste.

Cas no 2 : Une facture plus élevée
Ayant remarqué des traces indiquant une perte de liquide de refroidissement dans la neige à l’endroit où vous stationnez votre automobile, vous l’avez confié à un réparateur. Après examen, le commerçant vous informe que le radiateur et un joint d’étanchéité du moteur doivent être remplacés, des réparations dont le coût est évalué à quelque 800 $.

Au moment de reprendre possession de votre véhicule, le réparateur vous présente une facture de 1491 $. Selon ses explications, d’autres pièces, endommagées par la surchauffe liée à la perte du précieux liquide, ont dû être remplacées. En réponse à vos protestations, le réparateur précise qu’il a tenté de vous joindre pour vous prévenir. Il a cru bon de procéder tout de même puisque la tête du moteur avait déjà été démontée. Il exige le paiement complet de la facture avant de vous laisser partir avec votre véhicule.

Question : Le commerçant peut-il agir ainsi ?

A) Oui. Le droit de rétention du réparateur est un droit reconnu par le Code civil du Québec.

B) Non, si vous payez les 800 $ prévus à l’évaluation verbale, vous pouvez partir avec votre véhicule.

C) Non. Le réparateur doit libérer le véhicule et vous accorder, comme il se doit, un délai de 30 jours pour le paiement de la totalité de la facture.

Réponses : C-B

En résumé
Les principales règles applicables en matière de réparation d’une automobile se déclinent ainsi :

· Avant d’effectuer une réparation de plus de 100 $, le commerçant-garagiste doit fournir une évaluation écrite;

· L’évaluation acceptée par le consommateur lie également le commerçant. Des frais supplémentaires ne peuvent être exigés du consommateur pour la réparation prévue dans l’évaluation;

· Le commerçant ne peut effectuer une réparation non prévue dans l’évaluation acceptée avant d’avoir obtenu l’autorisation expresse du consommateur. Dans le cas où le commerçant obtient une autorisation orale, il doit la consigner sur l’évaluation;

· Lorsqu’il a effectué une réparation, le commerçant doit remettre au consommateur une facture détaillée (réparation effectuée, pièces posées, coût de main-d’œuvre, garantie, etc.);

· Une réparation exécutée par un atelier de réparation comporte une garantie couvrant les pièces et les coûts de main-d’œuvre pour une durée de 3 mois ou 5000 km selon le premier terme atteint.

Au cours de la dernière année, la réparation d’automobiles s’est classée au 18e rang des 75 domaines de consommation au sujet desquels les consommateurs ont communiqué avec l’Office afin de connaître leurs droits.

Gary Frost est directeur des services aux clientèles à l’Office de la protection du consommateur