Il sera bientôt temps de magasiner votre déneigeur pour l’hiver qui arrive.

Bientôt le déneigement!

Bon, oui, d’accord, ce ne sont pas ces inhabituels 27 degrés au mercure ni les 35 degrés ressentis, passé la mi-septembre de surcroît, qui constituent la meilleure occasion de penser au déneigement de votre entrée résidentielle.

Les habitués le savent déjà, la période de sollicitation des entreprises de déneigement bat son plein depuis quelques semaines déjà. Ceux-ci auront sans doute reçu une offre de leur déneigeur de l’année dernière en plus de recevoir des offres de compétiteurs.

Secteur non réglementé
Il est bon de noter que le secteur du déneigement résidentiel n’est pas réglementé. Les entrepreneurs sérieux agissant avec professionnalisme côtoient les aventuriers sans qu’il soit aisé pour le consommateur de faire la distinction entre les deux.

Pour ceux et celles qui pensent avoir recours à une entreprise de déneigement pour la première fois ou pour les nouveaux arrivants du quartier, le choix d’un entrepreneur est important, mais les sources de renseignements sont limitées. La vérification auprès des voisins représente un bon début : sont-ils satisfaits des services reçus? Le déneigeur se présentait-il rapidement à chaque chute de neige importante? Quel était le prix demandé?

250 déneigeurs visés par des plaintes
Le secteur du déneigement résidentiel ne saurait être caractérisé comme particulièrement problématique pour les consommateurs. Néanmoins, au chapitre des plaintes, on y dénombre environ 250 entreprises ayant fait l’objet d’une plainte à l’Office de la protection du consommateur (OPC) au cours des récentes années. Vous pouvez d’ailleurs vérifier sur le site Web de l’OPC si l’entrepreneur dont vous songez à retenir les services a fait l’objet de plaintes.

Ces plaintes ont généralement trait à la cessation inopinée des activités de l’entreprise en pleine saison et au non-respect des modalités des services convenus avec le déneigeur (par exemple, horaire, fréquence, etc.).

Comment prévenir les problèmes
Afin de prévenir les problèmes qui surviennent le plus fréquemment, la première étape consiste à requérir un contrat écrit qui décline les engagements du commerçant. La plupart des entreprises de déneigement concluent leurs contrats à distance, soit par téléphone ou par courrier, ou encore, par vente itinérante.

Photo: 
 Parution: 18/12/10

La Loi sur la protection du consommateur (LPC) prévoit que les commerçants qui concluent des contrats avec des consommateurs de l’une ou l’autre de ces façons ont l’obligation de fournir au consommateur un contrat écrit. Assurez-vous que la description des services soit bien précisée.

Voici quelques éléments à y préciser :

• la durée du contrat. En effet, certains contrats prévoient des dates fixes, par exemple, du 15 novembre au 15 avril. D’autres débuteront à la première chute de neige dépassant un nombre déterminé de centimètres;

• la quantité de neige qui nécessite un déblaiement;

• l’heure avant laquelle la neige doit être enlevée;

• le prix total et les modalités de paiement.

Les modalités de paiement
Les modalités de paiement représentent un élément important du contrat car c’est un moyen, pour le consommateur, de limiter les risques en cas de déroute de l’entreprise. Chaque année, des consommateurs sont laissés en plan à l’occasion d’une cessation soudaine des activités de l’entreprise et éprouvent bien des difficultés à obtenir un remboursement pour les services non rendus.

Les modalités de paiement sont négociables. Par exemple, payer la totalité du contrat en un seul versement avant même le début des services à rendre comporte un risque que le consommateur est seul à assumer. Privilégiez l’étalement du paiement sur la saison, ne serait-ce qu’en prévoyant un paiement en deux versements dont le second à la mi-saison.

Gary Frost est directeur des services aux clientèles à l’Office de la protection du consommateur.