Un bateau cargo en provenance de Yantian en Chine fait son entrée dans le port de Los Angeles, aux États-Unis, le 7 novembre dernier. L’accord annoncé vendredi a permis de faire une trêve dans la guerre commerciale entre les deux premières puissances du monde.

Chine et États-Unis: un accord «remarquable»... même s’il ne résout pas tout

WASHINGTON — L’accord commercial de principe, annoncé vendredi par Washington et Pékin, est «remarquable» même s’il ne va pas résoudre tous les problèmes de fond, a commenté dimanche le représentant américain au Commerce (USTR), affirmant que celui-ci allait bien au-delà de simples achats agricoles.

«C’est un premier pas dans les efforts d’intégrer deux systèmes vraiment différents qui va bénéficier aux deux» pays, a déclaré Robert Lighthizer, sur la chaîne CBS.

«Il n’est pas seulement question d’agriculture et d’autres achats», s’est défendu M. Lighthizer, qui dirige les négociations avec la Chine.

L’accord comporte des éléments sur la protection de la propriété intellectuelle, sur les technologies, sur les devises, les services financiers. Et surtout, «il est exécutoire», a-t-il fait valoir.

Il a par ailleurs assuré que les 50 milliards $ d’achats supplémentaires de produits agricoles américains figuraient bien dans le texte de l’accord en cours de traduction et qui doit encore être signé.

M. Lighthizer ne s’est pas avancé sur une date de signature précise, mais il a réitéré que cela pourrait intervenir «début janvier».

Il a rappelé que la Chine s’est engagée à faire des achats supplémentaires d’un montant «d’au moins 200 milliards $ au cours des deux prochaines années» pour les secteurs manufacturier, agricole, de l’énergie et des services.

En d’autres termes, les exportations américaines vers la Chine vont quasiment doubler la première année et quasiment tripler la seconde année.

En 2017, avant le déclenchement de la guerre commerciale, les États-Unis exportaient pour quelque 120 milliards $ de biens vers le géant asiatique.

C’est donc un accord «vraiment remarquable», a réagi Robert Lighthizer. «Mais il ne va pas résoudre tous les problèmes», a-t-il dit tout en soulignant que lorsqu’il a commencé à négocier, il ne s’attendait pas à ce que tout soit résolu.

Trêve

L’accord annoncé vendredi a permis de faire une trêve dans la guerre commerciale entre les deux premières puissances du monde.

Depuis mars 2018, Pékin et Washington se sont infligé des droits de douane punitifs réciproques sur des centaines de milliards de dollars de biens, ce qui affecte durement l’économie chinoise et ralentit l’économie mondiale.

En échange des engagements chinois, l’administration Trump a renoncé à imposer de nouveaux tarifs douaniers dimanche.

Et selon les termes de l’accord, elle a en outre accepté de diminuer de moitié ceux imposés le 1er septembre sur 120 milliards $.