Est-il trop tard pour changer de carrière ?

Vous rêvez de changer de carrière, mais vous vous croyez trop vieux pour le faire ? Avez-vous tort ou raison de penser ainsi ? Clarifions la situation.

Les freins au changement

Selon Fanny Element, coach professionnelle certifiée en programmation neurolinguistique (PNL), il n’est jamais trop tard pour changer de carrière, « parce qu’il n’y a pas de réelles contraintes au changement outre celles qu’on s’impose à soi-même ». Ces contraintes peuvent être des croyances (je suis trop vieux), des valeurs (ce travail nuira à ma vie familiale) ou des capacités (je n’ai pas la formation requise). Pour les faire tomber, il suffit parfois d’un simple changement de perception (mon âge est synonyme d’expérience), ou de passer à l’action (je retourne aux études !).

L’emploi détesté

Peu importe votre âge, vous devez remettre en question les motivations qui vous poussent au changement. Pour ce faire, nommez ce qui vous irrite dans votre travail actuel. Ensuite, demandez-vous s’il est possible d’agir sur ces éléments d’insatisfaction et si vous risquez de les retrouver ailleurs. Si oui, mieux vaut trouver des solutions moins drastiques (changement d’équipe, d’horaire, de lieu, de responsabilités) plutôt que d’entreprendre une reconversion.

L’emploi rêvé

Au lieu de perdre votre temps à vous dire qu’il est trop tard pour changer d’emploi, demandez-vous plutôt ce que vous voulez faire du reste de votre vie. Pour vous aider, listez les caractéristiques de l’emploi idéal. « Permettez-vous de rêver, conseille Mme Element. Vous clarifierez ainsi vos valeurs et vos intérêts professionnels (qui ont sûrement changé au fil des années), et vous ciblerez plus facilement ce que vous voulez faire. »

Entre rêve et réalité

Sites internet, rencontres, conférences, foires de l’emploi, stage, bénévolat… Tous les moyens sont bons pour en apprendre davantage sur l’emploi désiré. Si votre âge vous inquiète, tentez de rencontrer des gens de votre génération qui travaillent dans le domaine que vous visez. Également, évaluez les besoins du marché. Cette phase d’exploration vous permettra de confronter vos croyances avec la réalité, et de valider ou non votre réorientation.

Entre atouts et lacunes

Seul ou à l’aide d’un conseiller d’orientation, faites un bilan de vos acquis, de vos compétences et de vos expériences. Ce processus vous permettra de relever votre savoir-faire, ainsi que la formation manquante à aller chercher pour l’emploi souhaité.

Les coûts financiers

Il n’est jamais trop tard pour changer de carrière, mais… n’en négligez pas les coûts financiers ! Si un retour aux études est nécessaire, informez-vous à propos des prêts et bourses. Planifiez également d’autres solutions, comme un travail à temps partiel, une formation en entreprise ou l’aide de votre conjoint. Finalement, calculez les pertes et les gains financiers reliés à votre futur emploi. Adaptez ce calcul au nombre d’années que vous souhaitez travailler.

Les coûts affectifs

Changer de carrière peut être émotionnellement exigeant, assurez-vous d’avoir le soutien de vos proches. « Au besoin, allez chercher de l’aide professionnelle, souligne Mme Element, que ce soit un coach, un conseiller d’orientation, un psychologue ou un mentor. Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté pour faire de votre rêve une réalité. »

***

À la recherche d'un emploi? Besoin de recruter du personnel? Consultez le site carrière de Groupe Capitales Médias. Des opportunités dans toutes les régions du Québec.