Guillaume Légaré-Breton, propriétaire de SGL Climatisation, affirme avoir engagé deux personnes additionnelles pour les ventes et l’estimation, et acheté deux camions pour répondre à la forte demande.
Guillaume Légaré-Breton, propriétaire de SGL Climatisation, affirme avoir engagé deux personnes additionnelles pour les ventes et l’estimation, et acheté deux camions pour répondre à la forte demande.

Canicule et télétravail: les ventes de climatiseurs à la hausse

Déjà deux canicules cet été, en plus du télétravail: un cocktail idéal pour expliquer l’augmentation en flèche des ventes d’appareils de climatisation. Certains détaillants constatent même une hausse de 50 % par rapport à l’année passée.

«C’est la folie furieuse en 2020. On a des pénuries partout!», lance Martin Gingras, président chez Réfrigération Everest. Ce dernier affirme que ses ventes ont doublé en juin comparé à pareille date l’an dernier. «Et 2019 représentait déjà une année record.»

Même son de cloche pour le président de Enviro Confort, Jimmy Roy. «On est débordé comme jamais. On a presque rattrapé ce qu’on avait perdu pendant les six semaines de fermeture, du 25 mars au 11 mai, témoigne-t-il. Uniquement pour mai 2020, on a enregistré une augmentation de 50 à 60 % par rapport aux années précédentes.» Ce dernier estime le ratio à 75 % de sa clientèle qui se procure un premier appareil d’air climatisé contre seulement 25 % qui vient remplacer son ancien. «Notre business est dépendante de la température. Si au début juillet les gens n’en peuvent plus de la chaleur accablante, ils vont acheter un climatiseur par impulsivité, pas parce que ça aura été planifié.»


« C’est la folie furieuse en 2020. On a des pénuries partout! »
Martin Gingras, président chez Réfrigération Everest

Depuis sa réouverture, Réfrigération Everest n’a pu servir que la clientèle ayant déjà un dossier chez eux. «En ce qui concerne les prochaines dates d’installation pour un nouveau climatiseur, je suis booké jusqu’en septembre». En raison de cette trop forte demande, M. Gingras ajoute que les entrepôts de ses fournisseurs sont vides. Le président a même dû louer un local pour stocker le matériel afin d’éviter une possible pénurie. Il a même entreposé des appareils dans son garage personnel. «Je ne veux pas prendre de chance.»

Quant à Guillaume Légaré-Breton, le propriétaire de SGL Climatisation, il affirme avoir engagé deux personnes additionnelles pour les ventes et l’estimation, et acheté deux camions pour répondre à la forte demande. 

Confinement et rénovation 

En plus des canicules et des records de chaleur survenus tôt dans la saison, le confinement aura joué un rôle important. «La première hausse, je l’attribue au télétravail, estime M. Roy. Les gens se sont installé un bureau à la maison et ont de la difficulté à se concentrer quand il fait trop chaud.» M. Gingras abonde dans le même sens. «Il y a beaucoup de fonctionnaires qui travaillent désormais à partir de la maison.» Quant au propriétaire de SGL Climatisation, il affirme même avoir payé pour de la publicité ciblée auprès des télétravailleurs.

De plus, des subventions gouvernementales visant à améliorer la performance énergétique des résidences incitent les Québécois à faire l’achat d’une thermopompe via les programmes Rénoclimat, Novoclimat et Chauffez vert. 

Dommageable pour l’environnement

L’utilisation accrue des climatiseurs a toutefois un impact sur l’environnement: la consommation énergétique élevée et l’utilisation de réfrigérants produisent un impact non négligeable. 

Dans le cadre du protocole de Montréal, les chlorofluorocarbures (CFC) ont été prohibés en 1996, en raison de leur effet destructeur pour la couche d’ozone. La génération actuelle de réfrigérant, même si elle n’est pas nocive pour la couche d’ozone, demeure dommageable pour le climat en raison de son effet de serre, plus nuisible que le CO2.

Pour prévenir ou corriger les fuites de réfrigérant, M. Légaré-Breton conseille de faire appel à des entrepreneurs et des techniciens certifiés dans la manutention de frigorigènes aux halocarbures. Quant à l’achat, l’entrepreneur privilégie les appareils de qualité, puisque les matériaux utilisés pour retenir le réfrigérant sont de meilleure qualité. «Il faut se fier au nom et à la garantie du fabricant.» M. Légaré-Breton assure que les équipements neufs sont 100 % étanches, mais qu’avec l’usure, des fuites peuvent se créer.

«Il n’y a pas de réfrigérant parfait. La technologie n’est pas encore assez avancée, tant pour le résidentiel que pour le commercial», ajoute M. Gingras, propriétaire de Réfrigération Everest.

Selon Statistique Canada, 40 % des ménages utilisaient un climatiseur en 2017. Dans la province de Québec, ce pourcentage atteignait 56 %, et 40 % dans la Ville de Québec.