Patrick Lessard, propriétaire de Calimacil, n’est pas peu fier des armes en mousse pour le combat sécuritaire produites par l’entreprise de Sherbrooke.

Calimacil présente ses armes 2.0

La compagnie sherbrookoise Calimacil, fabricant d’épées en mousse pour le combat sécuritaire, est rendue à une étape 2.0 de son développement et elle tenait à le faire savoir lors d’un événement spécial.

Le CaliCON, qui se tient vendredi et samedi à ses locaux de la rue Deschaillons, regroupe plusieurs de ses partenaires, des clients, des citoyens estriens ainsi que de la communauté internationale dans le monde du jeu imaginaire.

Le but de l’événement est de remercier tous ces gens qui permettent au jeu immersif d’évoluer, explique Patrick Lessard, propriétaire de Calimacil. Plus d’une vingtaine d’exposants y étaient attendus. On avait prévu des activités gratuites pour tous, petits et grands, comme la visite de la fabrique Calimacil, des essais des produits, des combats d’Archers, des jeux d’évasion, ainsi que des conférences.

Bien qu’émergeant, Le CaliCON a suscité l’intérêt de plus de 750 personnes sur les réseaux sociaux. Si certains croient que l’univers du grandeur nature est encore méconnu, Calimacil et ses partenaires constatent l’effervescence de ce loisir au quotidien, ajoute M. Lessard. 

« Nous attendons plus de gens que ça », lance-t-il. 

Ce dernier souhaite partager plusieurs nouvelles d’intérêts d’innovations de son entreprise.

En effet, cette année la compagnie a décuplé sa portée, notamment grâce à des partenaires du milieu du cinéma et du jeu vidéo, dont la franchise de The Witcher de CD Projekt Red, ainsi que Stranger Comics dont la série Niobe sera prochainement diffusée par HBO. 

Depuis un an, Calimacil a entrepris de fabriquer des armes de combat sécuritaire reproduisant celles utilisées dans des jeux vidéo. On peut même les acheter en ligne en jouant. « Elles doivent être acceptées par exemple lors d’événements où se déroulent des combats. Si la personne se fait refuser son épée, ce qu’il a acheté ne vaut plus rien », dit-il.

« Il nous faut investir des milliers de dollars pour des prototypes. C’est très complexe. Nous essayons de reproduire les armes que les gens voient dans les jeux vidéo. »

Autre nouveauté, les sabres et autres armes en styromousse ainsi que des vêtements peuvent être connectés afin de témoigner de la performance des utilisateurs. Une démonstration de sabre laser permet de comprendre l’évolution ludique et technologique de ces produits.

Ces projets ont amené l’entreprise à évoluer avec un autre entrepreneur de la région, afin d’améliorer sa structure organisationnelle. Alexandre Dubé, fondateur de la compagnie Agilean et concepteur du logiciel ALIX-Virtual Manager, a apporté son aide pour la gestion de la production.

C’est un feu roulant chez Calimacil, puisque Patrick Lessard est à peine revenu d’Italie où il a assisté à l’événement d’envergure Lucca Comics & Games, une grand-messe réunissant des centaines de milliers de fans de bandes dessinées, jeux vidéo, films et séries.

L’entreprise a pu alors tisser d’autres liens qui vont déboucher sur des collaborations futures avec d’éventuels partenaires, souligne-t-il.

Il y a deux ans, afin de soutenir sa croissance, l’entreprise sherbrookoise Calimacil a déménagé dans des locaux plus grands, soit un projet de près de 1 M$. Cet investissement a permis de consolider les 30 emplois et de créer sept nouveaux postes, principalement en design, en électronique, à l’assemblage, en commerce électronique et à la production.

Aux prises avec un besoin grandissant d’optimisation de la production et un carnet de commandes plus important, Calimacil a déménagé dans les anciens locaux situés de l’ancienne usine de Défis SM qui sont d’une superficie de 30 000 pieds.