La nouvelle ministre du Développement économique rural de l’Ontario, Bernadette Jordan.

Bernadette Jordan souhaite améliorer les services Internet

Les régions rurales où il est plus difficile d’obtenir des services Internet de qualité pourraient être servies. La nouvelle ministre fédérale du Développement économique rural, Bernadette Jordan, se dit consciente des problèmes que peuvent causer une mauvaise connexion.

« Je crois que c’est un service auquel nous avons tous droit », a fait savoir Mme Jordan lors d’un entretien téléphonique avec Le Droit.

« Ça affecte nos fermiers, nos pêcheurs, et aussi les choses quotidiennes. Certains résidents ruraux m’ont dit, par exemple, que leurs enfants qui sont à l’université ne peuvent pas venir à la maison durant les week-ends parce qu’ils ne peuvent pas faire leurs devoirs. »

Cet enjeu est partagé par un grand nombre de régions rurales au Canada, avance le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin. « S’il y a une chose sur laquelle on peut tous s’entendre, c’est le besoin de services Internet dans les endroits ruraux. »

Pour le maire d’Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin, le service Internet est aussi une priorité depuis longtemps. « Nous, ça fait un bon bout de temps qu’on essaie de travailler là-dessus. Dans nos régions, comme à Treadwell, ou bien Lefaivre, beaucoup souhaitent avoir des services Internet plus rapides, mais ça coûte trop cher. »

Récemment nommé comme directeur général du comité de développement économique et touristique des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR), M. Sarrazin est d’avis que la nomination de la ministre Jordan s’ajoute au progrès effectué par les municipalités de la région.

« J’imagine que ce ministère va offrir des ressources intéressantes. Nous dans les CUPR, ont est prêt à avancer dans ce domaine. Ça peut juste aider. On est assez avant-gardiste, au niveau du développement économique. »

Le directeur général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, Simon Durand, soutient que la création d’un ministère fédéral du Développement économique rural représente une bonne nouvelle pour les agriculteurs.

« Les agriculteurs sont un moteur du développement économique dans le milieu rural. Il serait difficile d’imaginer Saint-Albert, par exemple, sans agriculture. Ce sont eux qui font vivre les quincailleries, les électriciens, ou encore les compagnies d’excavation. L’ensemble de l’économie rurale gravite autour de l’agriculture. »

Pour sa part, le député Drouin se dit impatient de travailler avec la nouvelle ministre originaire d’une circonscription rurale de la Nouvelle-Écosse. « Elle comprend les défis auxquels font face les Canadiens des régions rurales », dit-il.