La Compagnie Électrique Lion a procédé mercredi à une mise en scène digne des grands salons de l’automobile pour dévoiler son nouveau minibus électrique, l’eLionM.

Le minibus eLionM voit officiellement le jour

MONTRÉAL — La Compagnie Élecrique Lion a dévoilé mercredi son dernier-né, le minibus 100 % électrique de conception québécoise, l’eLionM. «Une révolution dans l’industrie du transport», a déclaré le président et fondateur de Lion, Marc Bédard.

Le lancement s’est déroulé lors du sommet Movin’On, organisé par Michelin, en compagnie de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade. Le constructeur d’autobus a procédé à une mise en scène digne des grands salons de l’automobile pour dévoiler son bébé.

Sorti sur un diable du eLionM, M. Bédard a lancé à la blague : «Je savais qu’il y aurait un diable qui sortirait de l’autobus, mais je ne savais qu’un diable transporterait un autre diable.»

À la fin avril à la suite du Salon du véhicule électrique de Montréal, Le Soleil avait publié un article annonçant l’annonce de mercredi au sujet de ce véhicule tout électrique pouvant accommoder de 8 à 22 passagers, selon leur capacité de se mouvoir. Dans la version qui accueillera le moins de passagers, l’eLionM pourra acommoder jusqu’à six fauteuils roulants et deux passagers «ambulants». Les configurations pouvant accueillir jusqu’à 22 passagers sont munies de sièges fixes ou de strapontins.

Selon M. Bédard, l’eLionM a l’avantage d’être conçu entièrement comme un véhicule électrique depuis le départ et non comme «une conversion d’un véhicule à combustion». La disposition des batteries sous le plancher, permet d’abaisser le centre de gravité. «On a vu plusieurs vidéos dans YouTube d’autobus convertis basculer sur le côté», dit-il. «Il existe un danger de dénaturer un véhicule en le convertissant.»

«Créé» par les gens de l’industrie — opérateurs et sociétés de transport —, l’eLionM est le résultat de l’écoute de ces acteurs, selon le président. Ce dernier promet aussi que l’entretien sera facilité, car les freins dureront de trois à quatre fois plus longtemps et le passage à l’électricité élimine les changements d’huile.

L’eLionM pourra être équipé d’une ou de deux batteries, offrant soit 120 ou 240 kilomètres d’autonomie, et pourra être pourvu d’un chargeur pour la recharge rapide. «Nous allons le vendre au même prix qu’un véhicule diesel équivalent», a annoncé M. Bédard. Ce prix devrait se situer entre 275 000 $ et 400 000 $, a-t-il annoncé lorsque Le Soleil a posé la question.

Lion est présentement en précommande et n’a pas pu confirmer si des commandes ont été faites mercredi. «Cependant, le premier exemplaire est déjà vendu», a-t-il ajouté, sans spécifier à qui il a été vendu.

D’ici la fin de l’année, Lion devrait dévoiler le premier camion urbain électrique, dérivé du eLionM. Et cet été, la version autobus scolaire du eLionM, l’eLionA devrait aussi voir le jour.

Plan d’action de Québec

La ministre Anglade a également dévoilé le plan d’action de son gouvernement en matière de mobilité durable et de transport intelligent. Ce plan, qui compte viser quatre cibles, promet de générer des investissements de 500 millions $ auprès des acteurs de l’industrie de l’équipement de transports terrestres. Ces sommes visent à générer jusqu’à 4,6 milliards $ en exportations d’ici 2023.

Enfin, ce plan d’action veut inciter les entreprises québécoises à innover, en faisant «en sorte que 90 % des entreprises réalisent au moins une action innovante d’ici 2023» et de «faire du Québec un endroit reconnu en Amérique du Nord pour l’innovation et la démonstration en mobilité durable».

Le sommet Movin’On se déroule à L’Arsenal jusqu’à vendredi dans le secteur Griffintown, à Montréal.