L’Aston Martin DB5 est intimement liée à la série des films de James Bond, dont la première apparition remonte à 1963 dans Goldfinger, mettant en vedette Sean Connery.

Aston Martin construira 25 DB5 comme celle dans Goldfinger

Avis à tous ceux qui voudraient jouer à James Bond. Vous pourrez le faire avec une des 25 DB5 — modèle 1963 — qu’Aston Martin a décidé de reconstruire, avec la bénédiction d’EON Productions, la société propriétaire de la franchise des films de l’agent 007.

Ces DB5 auront tous les gadgets auxquels Q aura pensé à mettre dedans. Mais ce luxe aura toutefois un prix. Aston Martin a annoncé 2,7 millions de livres sterling (4,6 millions $). Ce projet suit un autre qu’Aston Martin avait initié avec la DB4 G.T. et qui a connu un certain succès.

Le modèle sera désigné comme le Goldfinger DB5 Continuation et sera assemblé dans les installations Aston Martin Works à Newport Pagnell — l’endroit même où les DB5 étaient construites dans les années 1960. Entre 1963 et 1965, 898 unités de coupés DB5 sont sorties de l’usine de Newport Pagnell.

Maintenant, cette ancienne usine du constructeur sert d’atelier de restauration des voitures Aston Martin. Les experts mécaniciens et carrossiers peuvent reconstruire à neuf une Aston Martin, même à partir d’une épave trouvée dans une grange. Après authentification, évidemment.

Intimement liée
L’Aston Martin DB5 est intimement liée à la série des films de James Bond, dont la première apparition remonte à 1963 dans Goldfinger, mettant en vedette Sean Connery.

Depuis cette première présence au grand écran, la DB5 a été revue dans six autres films de l’agent 007, dont Opération Tonnerre (Thunderball en 1965, toujours avec Sean Connery), GoldenEye (1995) et Demain ne meurt jamais (Tomorrow Never Dies, en 1997, avec Pierce Brosnan). Et finalement, elle est aussi passé dans les mains de Daniel Craig dans Casino Royale (2006), dans Skyfall (2012) et dans 007 Spectre (2015).

Comme mentionné plus tôt, les gadgets seront complètement fonctionnels dans les Goldfinger DB5 Continuation. Ceux-ci seront développés conjointement avec par Chris Corbould, le superviseur d’effets spéciaux des films de James Bond. Cette DB5 sera offerte en une seule couleur, bouleau argenté (silver birch), comme celle dans les films.

Pour ceux dont les spécifications techniques intéressent, sachez que cette DB5 de 1963 recevait sous son capot un moteur six-cylindres en ligne de 4,0 litres. Celui-ci délivrait une puissance de 282 chevaux (210 kW) et un couple de 280 lb-pi (379 N.m). La vitesse maximale était fixée à 238 km/h (148 mi/h) et la DB5 pouvait passer de 0 à 96 km/h (60 mi/h) en 7,1 secondes.

Livrées en 2020
Le constructeur Aston Martin annonce que les premières livraisons devraient se faire dans le courant de 2020. Les acheteurs québécois intéressés peuvent se renseigner chez Décarie Motors (www.decarie.com) à Montréal.

Par contre, il importe de faire la mise en garde suivante. Même si vous avez les 4,6 millions $ nécessaires pour en acheter une, Aston Martin précise que ces DB5 ne seront pas approuvées pour la route (road legal). Vous ne pourrez pas l’exhiber devant les bars, à moins de la mettre sur une remorqueuse...