Le président américain Donald Trump

Aluminium et acier: Washington pourrait imposer ses tarifs dès le 1er mai

WASHINGTON — La Maison-Blanche ajoute un peu de pression à la table de négociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), dans l’espoir d’obtenir une entente de principe d’ici quelques semaines.

L’administration de Donald Trump brandit à nouveau la menace de tarifs douaniers sur les importations canadiennes et mexicaines d’aluminium et d’acier.

Les deux partenaires des Américains avaient été exemptés, pour une période indéfinie, des tarifs imposés récemment par Washington à certains autres pays. Or, un nouveau décret présidentiel ajoute d’autres pays à la liste des nations exemptées, mais fixe aussi au 1er mai la fin de cette période d’exemption — pour tous les pays.

Après le 1er mai, donc, les tarifs douaniers pourraient s’appliquer à tous les pays exportateurs, y compris le Canada et le Mexique.

Cette date du 1er mai coïncide grosso modo avec l’échéancier informel qui permettrait de conclure cette année une entente de principe à la table de l’ALÉNA. Au-delà de cette date, il serait difficile de voir l’entente ratifiée par les instances législatives des trois pays avant les élections mexicaines, en juillet, et les élections américaines de mi-mandat, en novembre.

La Maison-Blanche n’hésite plus à lier ces dossiers des tarifs et de l’ALÉNA : le conseiller du président en matière de commerce, Peter Navarro, a clairement indiqué à la chaîne CNN, cette semaine, que si les États-Unis ne pouvaient obtenir une meilleure entente à la table de l’ALÉNA, une décision serait prise sur les tarifs douaniers.

M. Navarro a par ailleurs estimé que les pays qui bénéficient actuellement d’une exemption doivent accepter l’imposition de quotas sur leurs exportations d’acier aux États-Unis, afin d’éviter le dumping d’acier chinois qui transiterait par chez eux.