La fermeture temporaire de l’usine Fortress de Thurso a provoqué une crise dans les activités forestières en Outaouais et dans les Laurentides. Québec a donc débloqué un fonds d’urgence de 5,3 millions.

Activités forestières: Québec débloque 5,3 millions $ pour l'Outaouais et les Laurentides

Québec annoncera vendredi un soutien financier de 5,3 millions $ à l’endroit de l’industrie forestière de l’Outaouais et des Laurentides affectée par la fermeture temporaire de l’usine Fortress de Thurso, a appris Le Droit.

Cette mesure de soutien exceptionnelle vise à réduire les conséquences de cette fermeture sur les entreprises forestières de la région.

L’argent compensera les frais additionnels engendrés par le déplacement des volumes de bois des entreprises de l’Outaouais et des Laurentides vers l’usine de Domtar située à Windsor, en Estrie.

Il s’agit d’un soutien temporaire d’ici la mise en place d’une solution durable, selon Québec. Pour ce faire, le gouvernement mettra notamment sur pied une cellule d’intervention spéciale réunissant les intervenants régionaux et gouvernementaux, ainsi que des représentants de l’industrie afin de cibler des solutions permettant la poursuite des opérations forestières.

Le 7 octobre, la direction de l’usine de Thurso annonçait la fin de ses activités pour une période indéterminée. Le recul drastique du prix de la cellulose spécialisée a forcé l’entreprise à prendre cette décision, une mesure qui a placé la vaste majorité des 323 travailleurs sans emploi.

Une cinquantaine d’employés continuent à travailler durant la fermeture temporaire afin de maintenir le système de cogénération en fonction et d’assurer la gestion des effluents et des eaux usées de la Ville de Thurso.

La baisse des prix de la pâte dissolvante qui sert à la fabrication de rayonne représente des dizaines de millions en manque à gagner pour l’usine Fortress, de Thurso.

« On produit environ 150 000 tonnes par année ici. Le marché est très difficile en Chine, en raison de la conjoncture des tarifs douaniers imposés par les États-Unis. Aujourd’hui, 80 % des textiles et vêtements qui vont de la Chine vers les États-Unis sont imposés par des tarifs douaniers, ce qui cause des difficultés. Une bonne partie de notre marché est en Chine », avait indiqué le président-directeur général de Fortress Global, Giovanni Iadeluca, le 7 octobre.

La forestière avait annoncé le mois dernier un arrêt des opérations d’environ trois à quatre mois.

Impact collatéral de la fermeture de l’usine Fortress, l’entreprise Lauzon Planchers de bois exclusifs basée à Papineauville a annoncé à la mi-novembre la cessation de ses activités de coupe forestière au plus tard le 30 novembre, une décision entraînant la perte de 165 emplois en Outaouais et dans les Laurentides. Lauzon fournissait de 25 à 30 % des copeaux de bois utilisés par Fortress.

Au lendemain de l’annonce de la fermeture temporaire de Fortress, Investissement Québec avait annoncé un prêt maximal de 8 millions $ à l’entreprise afin que l’usine de Thurso puisse demeurer en attendant de trouver un repreneur pour garantir sa pérennité.

Rappelons que le gouvernement du Québec en vertu de son programme ESSOR avait accordé en septembre, soit un mois avant l’annonce de la fermeture, un prêt de 5 millions $ à Fortress Global afin d’aider l’entreprise à maintenir ses activités à court terme à Thurso.