Anne Petitclerc, de Multiservices Vert, et Georges Emond, de la Laiterie de l’Outaouais.

Achat de lait en vrac: une première en Outaouais

L’achat en vrac n’a rien de révolutionnaire quand il est question d’aliments « secs » comme des noix, de la farine ou du sucre. Une entreprise du Vieux-Gatineau pave la voie et sera la première de la région à vendre du lait dans ce format.

Cette initiative voit le jour grâce à un partenariat entre la Laiterie de l’Outaouais et Multiservices Vert, une entreprise établie depuis cinq sur la rue Notre-Dame. 

La fondatrice de l’entreprise, Anne Petitclerc, estime que ce projet cadre dans les valeurs de son commerce.

« C’est une entreprise d’ici qui s’approvisionne auprès de producteurs locaux. C’est le défi de Multiservices, trouver un équivalent québécois et idéalement de l’Outaouais pour des produits du quotidien », souligne Mme Petitclerc.

Le président-directeur général de la Laiterie de l’Outaouais, Georges Émond, se dit quant à lui enthousiaste de cette initiative. L’entreprise est déjà partenaire d’entreprises montréalaises qui vendent du lait en vrac.

« C’est dans notre mission d’être écoresponsables, affirme M. Émond. Ça fait toujours plaisir d’être les premiers à faire quelque chose dans notre région. »

Georges Émond louange les efforts et le dynamisme de la fondatrice de Multiservices Vert. « Ça me fait penser à nos débuts à la Laiterie. C’est contagieux de voir cette fébrilité. »

Fonctionnement

Pour acheter son lait en vrac, il suffit de se présenter chez Multiservices Vert avec un contenant et demander au commis présent d’y verser la quantité souhaitée.

Ce dernier s’assurera de bien le nettoyer pour éliminer tout potentiel contaminant, ce qui favorisera la préservation du lait.

Si vous n’avez pas de contenant, Anne Petitclerc précise que l’entreprise en vend sur place.

Le lait 2 % (1,99$/litre) et le lait au chocolat (2,10$/litre) de la Laiterie de l’Outaouais sont les seuls produits disponibles en vrac pour le moment, mais Mme Petitclerc croit qu’elle pourrait en servir d’autres prochainement. Le lait sans lactose, par exemple.

La présence d’une distributrice lui permet également de vendre des laits frappés, lorsque combinée avec la crème glacée Coaticook — produite au Québec.

« Pour un milkshake de 16 oz, on est sous le prix de McDonald’s et Dairy Queen et en plus, c’est fait avec des ingrédients locaux », se réjouit Anne Petitclerc.