Le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a touché un salaire de 2,76 millions $ en 2017.

8,23 millions $ pour la haute direction de Desjardins

Les cinq plus hauts dirigeants du Mouvement Desjardins se sont partagé en salaires et en bonis 8,23 millions $ pour l’année 2017. De cette cagnotte, 2,76 millions $ ont abouti dans les poches du président, Guy Cormier.

Mercredi, la coopérative de Lévis a déposé ses documents financiers auprès des autorités réglementaires. Le salaire total de la haute direction tient compte de plusieurs éléments, dont le salaire de base, différentes primes et la valeur du régime de retraite. 

Le montant de base du président et chef de la direction du Mouvement Desjardins a été de 921 638 $. Pour avoir atteint certains objectifs de rendement, le grand patron a également touché 867 261 $ en primes. Et la valeur de son régime de retraite a été de 967 221 $.

Cette rémunération globale représente un bond de 33 % comparativement à ses revenus de l’année précédente (2,07 M$). Il faut toutefois tenir compte dans le calcul que M. Cormier n’a été en poste comme président que durant neuf mois en 2016. Il occupait, avant d’être élu, la chaise de premier vice-président, Réseau des caisses et Services aux particuliers. Desjardins stipule que la hausse est plutôt de l’ordre de 7,4 %. 

À titre de comparaison, pour les amateurs de chiffres, à sa dernière année complète comme présidente de la coopérative, Monique F. Leroux avait touché un salaire de 3,9 millions $. 

Et si on s’étire le cou vers d’autres institutions financières pour faire des comparaisons, le patron de la Banque TD, Bharat Masrani, a reçu pour son travail durant la dernière année 10,85 millions $, le chef de la direction de la Banque Royale, Dave McKay, 12,43 millions $, et le responsable de la Banque Scotia, Brian Porter, 10,86 millions $.

Autres dirigeants

Rappelons qu’en 2016, la rémunération des plus hauts dirigeants du Mouvement Desjardins s’élevait à 14 millions $. Sur cette liste figuraient toutefois sept noms et non cinq comme c’est le cas cette année, dont Mme Leroux, comme patronne, et Normand Desautels, comme adjoint à la direction. Ce dernier a pris sa retraite.

Parmi les autres hauts dirigeants de Desjardins les mieux rémunérés après M. Cormier, on retrouve en deuxième position le premier vice-président et chef de l’exploitation, Denis Berthiaume. Il a reçu 1,85 million $. En 2016, il avait vu son salaire bondir d’environ 25 %.

Quant à l’ensemble des principaux dirigeants du Mouvement Desjardins — qui comprend les 12 membres du comité de direction et les 24 membres du conseil d’administration -, ils se sont partagé une somme de 19 millions $. En 2016, ce groupe s’était divisé 31 millions $. 

Au terme de l’exercice financier terminé le 31 décembre, Desjardins a vu ses revenus d’exploitation grimper à 15,4 milliards $. Et ses excédents avant ristournes ont bondi de 379 millions $, pour atteindre 2,15 milliards $, notamment grâce à un gain net de 249 millions $ réalisé avec la vente de Western Financial Group et de Western Life Assurance Company à une filiale de Wawanesa.

Par ailleurs, pour la première fois depuis 2014, Desjardins a annoncé une hausse de la ristourne. L’institution financière retournera 202 millions $ à ses membres. Ce montant représente une augmentation de 40 % par rapport à 2016. Au total, le Mouvement Desjardins versera au cours des prochaines semaines 320 millions $ aux membres et à la collectivité.