Pour l’Outaouais, la SADC de Papineau-Collines, qui couvre les territoires deux MRC, touchera la plus grande part du gâteau avec 2,7 millions de dollars pour la durée de l’entente.

7,3 millions $ pour les SADC de l’Outaouais

Les trois Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) de l’Outaouais se partageront 7,3 millions de dollars au cours des cinq prochaines années, dans le cadre du renouvellement de l’entente de financement conclue entre Développement économique Canada (DÉC) et le réseau des SADC et des Centres d’aide aux entreprises du Québec (CAE).

Le député fédéral de Pontiac, William Amos, en a fait l’annonce jeudi, à Chelsea, près de deux semaines après que son gouvernement ait confirmé l’octroi de 169 millions $ sur cinq ans pour les quelque 57 SADC et 10 CAE en opération au Québec. De ce montant, 25 millions représentent des nouvelles sommes.

Pour l’Outaouais, la SADC de Papineau-Collines, qui couvre les territoires deux MRC, touchera la plus grande part du gâteau avec 2,7 millions de dollars pour la durée de l’entente. Les SADC de Pontiac et de la Vallée-de-la-Gatineau obtiennent une aide de 2,3 millions chacune.

Cet investissement permettra aux SADC de la région de poursuivre leur mission et d’améliorer certains services offerts aux petites et moyennes entreprises en milieu rural, ont salué les partenaires, lors de l’annonce.

Dans le cas de la SADC de Papineau-Collines, un projet de service d’accompagnement destiné à la relève entrepreneuriale est notamment sur la table à dessin.

« Cette année, on va possiblement être en mesure de bonifier notre offre de services avec un accompagnement à la relève aux vendeurs et acheteurs d’entreprises de notre territoire. On s’aperçoit que c’est là que nous investissons au niveau des prêts. Il y a beaucoup de jeunes qui reprennent des entreprises, que ce soit dans le domaine agricole, au niveau des pourvoiries ou même dans le secteur des résidences pour personnes âgées », a indiqué la directrice générale de l’organisme, Mélissa Bergeron.

William Amos a rappelé que la dernière entente de financement entre DÉC et le réseau des SADC et CAE, signée en 2016, représentait un « pont financier » en vue d’une renégociation « plus importante ». Le nouveau pacte permettra aux trois SADC de la région d’ajouter environ 55 000 $ à leur budget annuel.

« On veut que les gens démarrent leur projet entrepreneurial dans les villages et on le démontre. On aurait pu financer année par année, pendant trois ans, au même niveau, mais non, nous finançons pendant cinq années, au-delà des attentes des SADC. [...] Ça représente un investissement concret dans la ruralité, dans nos régions », a-t-il affirmé.