Sur la photo, Joe Taylor, préfet du comté de Peterborough; Ron Higgins, préfet du comté de Frontenac, Jeff Leal, ministre du MAAARO, John Fenik, préfet du comté de Lanark et co-président du EOLC; J. Murray Jones, président du RREO; Robin Jones, présidente de l’EOWC et préfète des Comtés unis de Leeds et Grenville; Mark Lovshin, préfet du comté de Northumberland; Robert Quaiff, maire du comté de Prince Edward; et Rodney Cooney, préfet du comté de Hastings.

71 millions $ pour améliorer la connectivité cellulaire

La province investira un montant de 71 millions $ afin d’améliorer la connectivité cellulaire dans la région de l’Est ontarien.

Le montant annoncé par le ministre des Affaires rurales de l’Ontario viendra appuyer le projet de 213 millions $ du Réseau régional de l’Est ontarien (RREO), une filiale de la l’Eastern Ontario Wardens’ Caucus (EOWC). Le projet est en fait un partenariat public-privé visant principalement à combler les failles dans le réseau cellulaire dans la région.

«Cet investissement de la province est encourageant pour le projet. Le RREO se construit sur les investissements déjà faits dans la fibre optique à travers la région afin de colmater les brèches dans le service cellulaire», a souligné J. Murray Jones, président du conseil d’administration de RREO.

Une demande pour du financement ainsi qu’un plan d’affaires détaillé pour l’expansion du service cellulaire ont été soumis aux gouvernements fédéral et provincial en mai 2017. Il est prévu que le projet créera tout près de 3000 emplois à temps plein, et ce, pour dix prochaines années à venir. Le tout sera accompagné de retombées économiques d’environ 420 millions $ issu de la création de nouvelles entreprises.

Selon une étude d’ingénierie commandée par le RREO, environ 25 % de la région où se trouvent des résidences, des entreprises et des routes importantes n’a accès à aucun service cellulaire. Selon le fournisseur, environ deux tiers de la région ne possède pas la capacité pour offrir un service de réseau à large bande de qualité. Les brèches sont notamment causées par un faible développement dans l’Est ontarien. L’EOWC rassemble 13 membres à travers l’Est ontarien ce qui inclut 11 municipalités régionales de comtés et deux municipalités à palier unique. Il représente les intérêts 750 000 résidents dans 103 municipalités rurales.