Les bureaux du New York Times

4,5 millions d’abonnés pour le New York Times

NEW YORK - Le quotidien New York Times comptait 4,5 millions d’abonnés fin mars, dont 3,5 aux seules éditions numériques, selon un communiqué publié mercredi, soit un gain net d’environ 200 000 lecteurs sur le premier trimestre.

La progression du portefeuille vient uniquement de celle des abonnés aux seules éditions en ligne, qui atteint 223 000 personnes.

Le groupe ne communique plus dans le détail les chiffres des abonnés aux éditions imprimées seulement ou mixte (papier et numérique), ayant choisi comme indicateur de référence les souscripteurs numériques.

Il vise toujours les 10 millions d’abonnés, au total, en 2025.

Comme lors des trimestres précédents, les mots croisés et la plateforme Cooking, dédiée à la cuisine, deux produits distincts du quotidien, mais pris en compte dans le portefeuille d’abonnés, sont d’importants moteurs de croissance.

La plateforme de mots croisés a notamment franchi au premier trimestre le seuil des 500 000 abonnés, ce qui la situe, à elle seule, en cinquième position parmi les sites de presse américains en nombre d’abonnés payants.

Décidé à poursuivre cette politique de diversification, le New York Times a lancé mercredi un nouveau site dédié à la parentalité au sens large, intitulé «Parenting».

S’ils connaissent des taux de croissance très soutenus, ces nouveaux produits éditoriaux sont proposés à des prix très inférieurs à celui de l’abonnement à l’édition numérique du New York Times, à savoir 1,25 dollar la semaine pour «Cooking» et 81 cents la semaine pour les mots croisés, voire 38 cents pour un engagement à l’année.

Ils ne constituent donc, pour l’instant, qu’une source de revenus mineure pour le groupe, soit 7% du chiffre d’affaires des abonnements aux produits numériques.

Au total, le chiffre d’affaires s’affiche en hausse de 6,1%, à 439 millions de dollars, une croissance surtout alimentée par des éléments annexes aux activités principales du groupe.

Les revenus tirés de la publicité sont quasiment stables (+0,4%), la progression du chiffre d’affaires numérique (+18,9%) compensant le repli de la publicité imprimée (-11,9%), qui demeure supérieure en valeur (69 millions de dollars contre 55).

Le bénéfice net ressort à 30 millions de dollars, en hausse de 37%, en bonne partie grâce à des éléments exceptionnels, notamment une moindre charge fiscale.

Les investisseurs réagissaient bien à la publication, le titre du New York Times s’affichant en hausse de 2,02%, à 33,51 dollars, vers 14H40 GMT, dans un marché new-yorkais en léger repli (-0,12%).