Le gouvernement fédéral veut démontrer que les pratiques agricoles des producteurs canadiens sont responsables et que les produits répondent à des normes élevées.

2,7 millions$ pour les producteurs laitiers

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire Lawrence MacAulay a annoncé lundi un investissement de 2,7 millions $ dédié aux Producteurs laitiers du Canada (PLC). Ces fonds serviront à accroître la confiance du public envers la production laitière au pays.

« Parfois les gens ne réalisent pas tout le travail et tout le dévouement que prend ceci », a affirmé le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire Lawrence MacAulay, en pointant en direction des vaches laitières de la ferme Geranik, à St-Abert.

M. MacAulay a déclaré que le gouvernement fédéral entend octroyer 2,7 millions $ pour étendre proAction, un programme qui vise à démontrer aux consommateurs que les pratiques agricoles des producteurs canadiens sont responsables et que les produits répondent à des normes élevées.

« Ce n’est pas assez de dire que nous faisons la bonne chose, il faut aussi le démontrer », a lancé le ministre.

Cette initiative créée par les PLC permet de garantir au grand public « la qualité et la salubrité du lait, et vise l’amélioration continue du bien-être et de la santé des animaux, ainsi que de la protection de l’environnement ».

Le député de Glengarry-Prescott-Russell Francis Drouin est d’avis que ce programme encourage fortement les Canadiens à consommer des produits laitiers locaux. « Avec proAction, les gens savent que leur lait est de bonne qualité et qu’il respecte les normes canadiennes. »

L’Accord de libre-échange États-Unis–Mexique–Canada, laissant près de 4 % du marché canadien ouvert aux producteurs américains, entrera bientôt en vigueur. M. Drouin invite les consommateurs au pays à sélectionner les produits arborant la vache bleue, logo des PLC. « Parce qu’on sait en voyant ce logo que c’est un produit du Canada, que toutes les normes de biosécurité sont respectées, et que le lait est produit sans hormone. C’est la seule façon qu’on peut le différencier des autres produits qui entreront au pays. »

Bien-être animal

Le bien-être animal et leur traçabilité sont deux des six volets du programme proAction. « Le but est de donner à l’industrie les outils pour démontrer au public les bonnes choses que nous faisons. Les fermiers pourront aussi bénéficier de l’amélioration des normes environnementales, de même que la mise à jour des standards pour la santé et la sécurité des animaux », a souligné le ministre MacAulay.

« On veut s’assurer que la protection des animaux soit là. Je pense que les consommateurs veulent savoir ça. On le sait, les consommateurs sont de plus en plus préoccupés de l’aspect de la protection animale, et ici même à la ferme Geranik on peut le voir, les animaux se portent très bien », fait savoir M. Drouin.

« ProActif est notre moteur qui nous propulse, a lancé le président des PLC, Pierre Lampron. Nous avons à cœur le mieux-être de nos animaux et de notre environnement. »