Affaires

Surprise! Je suis un commerçant

À la recherche d’une voiture d’occasion à prix modique pour le cadet de la famille qui obtiendra bientôt son premier permis de conduire ? Naviguer sur Internet pour repérer l’automobile de vos rêves à meilleur prix qu’une neuve ? Il est aujourd’hui facile de parcourir rapidement et efficacement les nombreux sites de petites annonces pour parvenir à ses fins.

Ces sites regorgent d’annonces de véhicules offerts en vente tant par des commerçants bien identifiés que des particuliers qui cherchent à tirer un meilleur prix de leur auto que ce qu’en offre le concessionnaire.

Affaires

Le pétrole au plus haut depuis 2014

NEW YORK —Le pétrole coté à New York est monté lundi à son plus haut niveau depuis fin novembre 2014, renforcé par les menaces de sanctions américaines contre l’Iran et le Vénézuéla, deux importants producteurs de brut.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour juin a pris 96 cents pour terminer à 72,24 dollars.

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 79,22 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 71 cents par rapport à la clôture de vendredi.

« Le marché était déjà bien disposé à l’ouverture avec l’accord entre la Chine et les États-Unis qui apaise les craintes d’une guerre commerciale », a souligné Matt Smith de ClipperData.

L’accord de principe conclu ce week-end entre Pékin et Washington et visant à réduire le déficit commercial des États-Unis n’entre pas dans les détails, mais le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a insisté sur les engagements chinois pris dans des secteurs importants, dont l’énergie.

« En cours de séance, la rhétorique plus agressive sur les sanctions iraniennes a poussé les prix plus haut », a noté M. Smith.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a présenté lundi la « nouvelle stratégie » des États-Unis après la décision fracassante annoncée le 8 mai par Donald Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien, en assurant que les États-Unis allaient exercer une « pression financière sans précédent » sur Téhéran, avec « les sanctions les plus fortes de l’Histoire ».

M. Pompeo a en outre assuré que les entreprises qui feraient affaire en Iran dans des secteurs interdits par les sanctions américaines « seront tenues responsables ».

De quoi réviser nettement à la baisse les perspectives de développement de la production d’or noir en Iran, troisième producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Autre élément d’inquiétude autour de l’offre de brut sur le marché mondial : le Vénézuéla. Son président Nicolas Maduro a été réélu dimanche jusqu’en 2025 lors d’un scrutin critiqué par la communauté internationale et déclaré illégitime par ses opposants.

Au lendemain du scrutin, les États-Unis ont annoncé de nouvelles mesures pour isoler encore un peu plus économiquement le régime vénézuélien, Donald Trump signant notamment un décret visant à réduire la capacité de Caracas à vendre des actifs appartenant à l’État. 

Toutefois, a souligné Matt Smith, alors que les États-Unis, qui achètent un tiers du brut vénézuélien, ont menacé par le passé d’un embargo pétrolier, les sanctions annoncées lundi « n’affectent pas a priori directement le pétrole ».

Affaires

Trêve commerciale: Washington pavoise, Pékin tempère

WASHINGTON - Donald Trump s’est félicité lundi de la trêve conclue avec la Chine sur le commerce, mais son secrétaire au Trésor et Pékin ont fait montre d’un optimisme plus prudent.

Après trois jours de négociations avec Washington, les autorités chinoises se sont engagées dimanche à «augmenter de manière significative» leurs importations de biens et services américains, notamment dans les secteurs des produits agricoles et de l’énergie, sans pour autant préciser l’ampleur de cette hausse.

Dans un message sur Twitter, le président Trump s’est réjoui que «les tarifs douaniers imposés à la Chine tombent pour la première fois». Il a soutenu qu’en vertu de ce nouvel accord, la Chine «achètera pratiquement autant de produits agricoles que les valeureux fermiers américains pourront récolter».

Les deux parties conviennent toutefois que les tensions commerciales ne sont pas nécessairement terminées. Les États-Unis souhaitaient que Pékin réduise de 200 milliards $ le déficit commercial américain, mais la Chine n’a pas précisé l’ampleur de son geste.

La question de la propriété intellectuelle semble aussi incertaine. Washington accuse depuis longtemps Pékin de piller secrètement la technologie américaine. Or, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a indiqué lundi que cette question «ne pouvait être résolue du jour au lendemain».

Au ministère chinois des Affaires étrangères, on rappelle qu’il faudra encore régler certains détails de cet accord. Et on prévient que d’autres frictions ou litiges commerciaux ne sont pas exclus dans l’avenir.

Le déficit américain en matière de commerce de biens avec la Chine a atteint l’an dernier 376 milliards $ - un record.

M. Mnuchin disait s’attendre à une augmentation importante - de 35 à 45% cette année seulement - des exportations agricoles américaines vers la Chine. Il prédisait aussi que les ventes américaines dans le secteur de l’énergie seraient doublées.

Auto

Branchez-Vous 2018: nouvelle façon d’essayer des voitures électriques

CHRONIQUE / Vous avez envie de vivre l’expérience de conduite d’une voiture électrique ou hybride rechargeable? L’événement Branchez-Vous 2018 Lévis est l’occasion idéale pour en savoir plus.

Tenu pour une quatrième fois à Lévis, l’événement, organisé par l’Institut du véhicule innovant (IVI), adopte une nouvelle formule cette année.

Auto

Les vendeurs, frein à l’achat de voitures vertes?

PARIS — Une voiture électrique? «N’achetez pas, vous allez vous ruiner...» La méconnaissance et le «mépris» des vendeurs pour les véhicules électriques freinent leur développement, selon une étude réalisée dans les pays scandinaves.

Cette étude publiée lundi dans la revue Nature Energy se base sur des entretiens avec des représentants du secteur (constructeurs, associations...) et 126 visites incognito dans 82 concessions automobiles de 15 villes de Finlande, d’Islande, de Norvège, de la Suède et du Danemark, région engagée dans le développement de transports plus propres.

Auto

Essai-éclair: Mazda3 Sport GX 2018

Les VUS, même compacts, ne sont pas votre tasse de thé? Sachez que la Mazda3 Sport pourrait très bien combler vos besoins de mobilité, en offrant l’espace voulu.

Son hayon tout de même assez profond peut accueillir une épicerie pour cinq personnes sans problème. Pourvue de très belles lignes, cette compacte peut très bien accommoder quatre adultes (ou deux avec trois jeunes enfants).

Auto

Daimler investira 500 millions d’euros pour produire une Mercedes électrique

STRASBOURG — Le groupe automobile allemand Daimler investira 500 millions d’euros (754 millions $) dans son usine Smart à Hambach, en France, pour produire un véhicule électrique Mercedes-Benz, ont annoncé vendredi le constructeur allemand et la présidence française.

Ce site dans la région française de Moselle, a indiqué Daimler dans un communiqué, a été choisi pour «la production d’un véhicule électrique compact» dans le cadre de l’«offensive électrique» du groupe allemand.

Auto

Des constructeurs développent un réseau de bornes de recharge en Europe

MUNICH — Recharger une voiture électrique loin de chez soi peut parfois être périlleux — il faut trouver une borne quelque part, peut-être au fond du terrain de stationnement d’une halte routière, et espérer qu’elle fonctionne.

En Europe, certains des plus importants constructeurs automobiles de la planète ont décidé d’apaiser la nervosité des automobilistes, et de stimuler les ventes de voitures électriques, en développant un réseau de bornes de recharge rapides le long des autoroutes. On veut que les automobilistes puissent brancher leur véhicule, recharger la batterie en seulement quelques minutes et reprendre la route — de la Norvège jusqu’au sud de l’Italie, du Portugal jusqu’à la Pologne.

Actualités

Explosion des produits québécois à la SAQ

Depuis cinq ans, sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ), les ventes des produits québécois ont explosé, passant de 36,3 millions $ à 61,8 millions $. Un bond de 70 %. Comme quoi l’engouement pour le «made in Québec» ne s’essouffle pas.

C’est sans surprise les spiritueux, entre autres les gins, qui sont les produits les plus recherchés par les consommateurs. De 19,2 millions $ en 2013-2014, les ventes ont grimpé à 37,9 millions $. 

La catégorie regroupant les alcools de petits fruits et d’érable, les hydromels et les bières a également tiré son épingle du jeu. De 1,7 million $, les clients ont acheté pour 5,1 millions $ lors de l’exercice financier 2017-2018. Une augmentation de 200 %.

«Durant des années, nous avons entendu dire que c’était difficile pour les producteurs québécois à la SAQ. La société d’État a maintenant changé de cap. Elle met beaucoup plus l’accent sur les produits du Québec. C’est plus facile de vendre dans les succursales. Il faut simplement avoir un spiritueux de qualité», avance Franck Sergerie, le radiologiste et distillateur propriétaire de Vice & Vertu.

Son entreprise basée à Saint-Augustin-de-Desmaures est entre autres productrice de gin. Sa première cuvée a été baptisée BeOrigin. Et un autre gin est présentement en analyse par des responsables de la SAQ, mais motus et bouche cousue sur sa recette. Si tout se déroule selon les plans du patron, le nouveau produit devrait être commercialisé d’ici la fin de l’été. Il espère également produire prochainement sa première vodka à base de grains locaux.

C’est seulement depuis novembre dernier que BeOrigin est offert à la SAQ. Et M. Sergerie peine à répondre à la demande, avoue-t-il humblement. «Les gens sont fiers d’acheter québécois et il y a encore de la place pour la croissance.»

Vice & Vertu livre en moyenne 2400 bouteilles de 750 ml par mois à la SAQ. 

Comme plusieurs autres fabricants, l’homme d’affaires espère que le gouvernement autorisera rapidement la vente de spiritueux sur le lieu de production. Actuellement, au Québec, seule la SAQ peut vendre ou acheter des spiritueux, contrairement à d’autres industries, comme le vin. 

Depuis 2013-2014, toujours selon les données de la SAQ, le marché des cidres québécois est passé de 10,8 millions $ à 9,2 millions $, soit une baisse de 15 %. Il s’agit d’ailleurs de la seule catégorie d’alcool à enregistrer une diminution constante des ventes depuis cinq ans.

Pour les vins du Québec, les recettes ont grimpé, entre 2014 et 2018, de 4,6 millions $ à 9,6 millions $.

Affaires

Le prix de l’essence devrait fluctuer

CALGARY — Les automobilistes canadiens qui prendront le volant à l’occasion du long week-end risquent d’avoir des expériences bien différentes à la pompe.

L’analyste Dan McTeague,du site GasBuddy.com, prédit que le prix de l’essence sera en hausse en Ontario, dans les Maritimes, au Manitoba et en Saskatchewan, mais qu’il reculera en Alberta et au Québec.