Actualités

Vol du drapeau LGBT+ à Dolbeau-Mistassini: une mauvaise blague, dit la Ville

Le vol du drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT+ qui flottait devant l’hôtel de ville de Dolbeau-Mistassini, vendredi soir dernier, ne serait pas un geste homophobe, mais une mauvaise blague, affirme la municipalité.

Le drapeau avait été hissé dans le cadre de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, qui a lieu tous les 17 mai. Vendredi soir, des plaisantins ont dérobé ce symbole de la fierté gaie et de la tolérance.

Environnement

Des incendies de forêt forcent des évacuations en Alberta

HIGH LEVEL, Alb. — Une ville du nord de l’Alberta et une Première nation voisine sont évacuées en raison de la menace que représente la propagation d’un incendie de forêt.

Des milliers de personnes ont été invitées à quitter High Level ainsi que la réserve Bushe River en empruntant l’autoroute 58, qui est située à l’est de ces communautés, car les routes situées au sud et à ouest ont été fermées en raison des flammes.

L’incendie Chuckegg Creek fait rage depuis plusieurs jours, mais il a rapidement progressé. Son étendue est passée d’environ 25 000 hectares dimanche à 69 000 hectares lundi.

Au moment où l’ordre d’évacuation a été donné, les flammes n’étaient qu’à environ trois kilomètres de High Level.

«Les vents éloignent la fumée de la municipalité de High Level. Cela semble très effrayant de loin, mais dans la municipalité de High Level, le ciel est bleu, c’est ensoleillé et venteux», a déclaré lundi la mairesse Crystal McAteer lors d’une conférence de presse téléphonique tenue lundi après-midi.

Centres d’accueil

Des centres d’accueil pour les évacués ont été installés à High Prairie et à Slave Lake, et les autorités organisent le transport des résidents qui ne peuvent pas évacuer par leurs propres moyens.

La mairesse McAteer a déclaré que l’évacuation est coordonnée par zones. Les gens devraient s’attendre à être absents pendant 72 heures.

Elle a indiqué qu’environ 4000 résidents de High Level sont sujets à l’ordre d’évacuation ainsi que 750 autres de Bushe River.

Plus tôt dans la journée, la ville avait averti sur son site Internet que les résidents devaient remplir d’essence les réservoirs de leurs véhicules et rassembler les documents importants dans l’éventualité où un ordre d’évacuation rapide était lancé. L’électricité a également été coupée en raison de l’incendie, mais il devait être rétabli lundi soir.

Des ordres d’évacuation obligatoires pour les résidents du sud et du sud-est de la municipalité ainsi que ceux du sud de Bushe River ont été diffusés tôt lundi.

Les autorités provinciales ont déclaré que l’évacuation de High Level prendrait au maximum huit heures, mais qu’elles pourraient être terminées plus tôt étant donné que certaines personnes avaient déjà quitté.

Les services de santé de l’Alberta ont déclaré avoir évacué 20 patients du centre de santé Nord-Ouest de High Level et les avoir transférés dans d’autres secteurs.

Scott Elliot, un commandant chez Alberta Wildfire, a indiqué lors d’une conférence de presse que l’incendie de forêt s’éloignait de High Level, mais que les responsables de la municipalité ont tout de même décidé qu’il était préférable que tout le monde évacue, car les flammes étaient très près.

«S’il y avait un petit changement dans la direction du vent, cela augmenterait la probabilité que l’incendie se propage rapidement vers la communauté», a déclaré M. Elliot.

Les équipes utilisent des gicleurs sur des structures situées en périphérie de la ville, à proximité de l’incendie.

La mairesse McAteer a déclaré que les résidents respectaient l’ordre d’évacuation.

«Bien sûr, les gens ont peur parce qu’ils se souviennent des incendies de forêt à Fort McMurray, mais nous avons parlé à beaucoup de résidents et leur avons réaffirmé que nous étions proactifs», a-t-elle soutenu.

En 2016, un incendie de forêt à Fort McMurray, en Alberta, a détruit un dixième de la ville et quelque 88 000 personnes ont été forcées de quitter leur domicile.

Slave Lake, où un centre d’accueil a été mis en place pour les résidents de High Level, a également été évacué à la suite d’un incendie qui a détruit une partie de la communauté.

Le gouvernement de l’Alberta a interdit d’allumer des feux et a restreint l’utilisation des véhicules hors route dans de nombreuses régions de la province à la fin du week-end en raison des prévisions météorologiques faisant état de faibles précipitations et de vents forts.

L'Est du Québec

Un marin porté disparu dans les eaux du fleuve au large des Escoumins

BAIE-COMEAU — Un marin est porté disparu depuis qu’il est tombé dans les eaux froides du fleuve Saint-Laurent à la hauteur des Escoumins, dimanche matin. Les recherches pour le retrouver ont été interrompues plus tard en soirée et la Sûreté du Québec mène l’enquête pour tenter de déterminer les circonstances du drame.

L’homme se trouvait à bord du Maersk Patras, un porte-conteneur battant pavillon de Singapour qui se dirigeait vers Montréal. La chute se serait produite lors de la manœuvre visant à faire monter à bord un pilote spécialiste de la navigation dans le fleuve, comme doivent le faire tous les navires étrangers dès qu’ils arrivent aux Escoumins.

Le marin serait tombé à la mer vers 9h35 dimanche. D’après la Garde côtière canadienne, les navires qui se trouvaient à proximité ont rapidement participé aux recherches pour le retrouver, mais en vain. Un hélicoptère des Forces armées canadiennes s’est également joint aux recherches.

Selon les informations qui circulent, le marin tombé à l’eau ne portait de veste de flottaison lors de la manœuvre. Sur le site Web de la compagnie Maersk, on affirme qu’il s’agit du second officier du navire. L’entreprise offre ses condoléances à la famille du disparu, originaire du Sri Lanka, et assure qu’elle entend collaborer avec les autorités dans leur enquête.

L’équipage du porte-conteneur devait aussi recevoir du support psychologique, a ajouté la compagnie maritime dans son communiqué. 

Le Maersk Patras devait accoster à Montréal en début de soirée lundi. Lors de son arrivée, une équipe de la division des crimes majeurs de la Sûreté du Québec devait grimper à bord pour rencontrer le personnel et faire son enquête.