Estrie

Des milliers d'abonnés d'Hydro sans courant

Les rafales qui ont balayé la région estrienne dans la nuit de lundi à mardi ont causé des pannées sur le territoire.

Selon Hydro-Québec, plus de 11 000 clients étaient aussi sans électricité en Estrie tôt mardi matin.

Lire aussi: Des vents qui mettront les abris d’auto à l’épreuve

Les secteurs de Memphrémagog, du Haut-Saint-François et du Granit étaient les plus touchés.

Au milieu de l’avant-midi, on avait pu rétablir le courant chez presque la moitié des clients touchés par 69 pannes.

 La région de Québec a été durement touchée par des vents violents qui ont causé bien des dommages et des ennuis dans plusieurs régions de la province au cours de la nuit de lundi à mardi.

Les pompiers et policiers de la Ville de Québec ont répondu à près d'une trentaine d'appels entre minuit et 6h30 mardi matin, pour des débuts d'incendies causés par des bris de fils électriques, malmenés par les vents.

Mélanie Jobin, du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), a expliqué que des arbres sont tombés sur des fils électriques et des transformateurs.

Les pompiers ont été fortement sollicités dans le secteur de Saint-Augustin, où ils ont répondu à dix de ces appels pour des incendies.

Heureusement, on ne rapporte aucun blessé grave.

Même le pont Pierre-Laporte a été brièvement fermé à la circulation, jusqu'aux alentours de 8h00, soit en pleine heure de pointe, en raison d'un bris sur la clôture au centre qui sépare les voies entre les directions nord et sud, selon ce que confirme la Sûreté du Québec (SQ).

Environnement Canada avait émis des avertissements de vents violents pour les villes de Québec et Lévis, ainsi que dans les secteurs de Bellechasse et Côte-de-Beaupré - L'Île d'Orléans, avec des rafales jusqu'à 90 kilomètres à l'heure. L'alerte a été levée en avant-midi, mais cette dépression provenant des Grands Lacs poursuivait sa course vers la Gaspésie où ce n'est pas avant mardi après-midi, voire en soirée, que les vents commenceront à réduire d'intensité.

Plus de 114 000 clients étaient privés de courant vers 4h00 mardi matin dans les régions de Québec, Chaudière-Appalaches, Montréal et les Laurentides. Il en restait encore 74 000 sans électricité à 9h.

Ce sont des branches d'arbres qui se sont brisées et des morceaux de végétation emportés par le vent qui sont principalement à l'origine des bris sur le réseau, selon ce qu'a indiqué Lynn St-Laurent, porte-parole de la société d'État.

Celle-ci n'était pas en mesure d'indiquer à quel moment les clients d'Hydro-Québec allaient retrouver le service, tout en les invitant à se tourner vers la section Info-pannes du site web d'Hydro-Québec pour des mises à jour régulières.

Plus de 200 équipes d'Hydro-Québec étaient à pied d'oeuvre depuis les petites heures du matin pour rétablir le courant.

 - Avec Claude Plante

Éducation

La majorité des campus disent non au cannabis

L’Université Saint-Paul (USP) à Ottawa profite de la légalisation de la marijuana à compter de mercredi pour décréter une interdiction complète de fumer quoi que ce soit sur son campus.

« Notre objectif est d’adopter un règlement ‘campus sans fumée’ en 2019 aux termes de consultations avec la communauté universitaire. Entre temps, le campus de l’USP sera sans fumée et nous tiendrons des consultations avec tous les groupes concernés pour bien saisir les effets d’une politique permanente », a indiqué le vice-recteur à l’administration à l’Université Saint-Paul, Normand Beaulieu.

Gatineau

Voies réservées: le nombre de constats d’infraction explose

Les automobilistes délinquants qui ne respectent pas les voies réservées sont de plus en plus nombreux à Gatineau. Le nombre de constats d’infraction émis pour un tel geste a explosé de presque 300 % en l’espace d’un an, selon des données obtenues par Le Droit.

Entre le 1er janvier et le 30 septembre dernier, un total de 1426 billets d’infraction s’élevant à 247$ chacun ont été distribués par les agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Pour la même période l’an dernier, 492 constats ont été remis à des conducteurs pris en flagrant délit sur l’un des huit tronçons routiers où l’on retrouve des voies destinées à l’usage exclusif des autobus, des taxis et des véhicules pratiquant le covoiturage.