Jim Watson admet que son compte Twitter est public puisqu’il l’utilise «d’abord et avant tout [...] dans l’exercice de ses fonctions quotidiennes à titre de maire de la Ville d’Ottawa».

Watson débloque les utilisateurs de Twitter qui le poursuivaient

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, change son fusil d’épaule en débloquant de son compte Twitter les trois activistes qui ont intenté une poursuite contre lui plus tôt au mois d’octobre.

Les trois individus, Émilie Taman, James Hutt et Dylan Penner, dénonçaient la décision du maire et estimaient que leurs droits et libertés étaient brimés. Selon eux, le compte Twitter du maire est public.

M. Watson s’était défendu, au mois d’octobre, en affirmant qu’il s’agissait d’un compte personnel.

Dans une déclaration qu’il a publiée sur le réseau social vendredi, le premier magistrat revient sur sa position. 

M. Watson admet que son compte Twitter est public puisqu’il l’utilise «d’abord et avant tout [...] dans l’exercice de ses fonctions quotidiennes à titre de maire de la Ville d’Ottawa».

«Après mûre réflexion, le maire Watson est en accord avec cette perspective et a donc décidé de traiter directement des inquiétudes soulevées en débloquant de son compte Twitter ces individus à l’avenir», peut-on lire dans le message.