La Société immobilière du Canada a francisé le nom du projet Wateridge Village.

Wateridge: changement de cap linguistique

Le futur projet résidentiel développé sur les terrains de l’ex-base militaire Rockcliffe a maintenant un nom francophone : le Village des Riverains.

Le Droit a appris que face aux pressions exercées par plusieurs résidents du secteur ainsi que la députée fédérale d’Ottawa-Vanier Mona Fortier, la Société immobilière du Canada (SIC) a reculé et francisé le nom du projet Wateridge Village, un quartier décrit comme « visionnaire » où quatre constructeurs érigent des habitations. 

La SIC confirme qu’elle va ajouter la nouvelle appellation francophone sur l’ensemble de ses affiches et de sa publicité liées au projet, mais précise « qu’il ne s’agit pas d’un changement de nom, mais plutôt d’un ajout de volet francophone complémentaire à la marque existante ». 

« Dans le cadre de notre engagement dans ce projet, nous sommes toujours à l’écoute de nos parties prenantes et nous apprécions les échanges avec eux. Cet engagement est typique de ce que nous faisons partout au pays, et nous sommes heureux de l’opportunité de mettre à jour cette marque de projet en réponse à cette contribution », affirme la directrice des communications, Manon Lapensée.

La députée Mona Fortier se réjouit de ce changement de cap, elle qui en a eu la confirmation par écrit il y a deux semaines. 

« Comme citoyenne d’abord, mais aussi en tant que candidate à l’investiture à l’époque, j’avais appuyé ce mouvement, car je ne comprenais pas pourquoi on ne reconnaissait pas le contexte historique de l’ancienne base militaire. Je trouvais que le nom n’était pas à l’image de notre communauté, je souhaitais que ce soit dans les deux langues officielles. On n’a pas eu trop de travail à faire, mais ça aura pris du temps avant qu’il y ait un changement », dit-elle. 

L’élue soutient que de nos jours, ce devrait être un réflexe immédiat que de songer à des noms bilingues.

« Je suis très contente de voir qu’il y aura une nouvelle image de marque. On doit avoir ce réflexe, surtout dans des endroits comme Ottawa-Vanier, où il y a un apport des communautés francophones, des anglophones et des autochtones. Tout ce qu’il me reste à voir, c’est comment la modification va mise en œuvre. J’aurai bientôt une rencontre à ce sujet », précise la députée. 

En novembre 2016, l’éditorialiste du Droit Pierre Jury avait déploré que la SIC ait choisi un nom « insipide, unilingue et sans imagination », soutenant que le vocable n’évoquait rien du tout.  

« Si rien n’est modifié, tous résideront dans un secteur au nom anglophone qui aurait pu, compte tenu des milliers de lacs au pays, se retrouver n’importe où au Canada. Il n’y a rien d’exclusif à Wateridge Village, ou qui évoque Ottawa ou son rôle de capitale du pays », avait-il écrit, rappelant que des milliers de francophones s’installeront dans le quartier. 

À terme, 10 000 personnes devraient habiter dans ce nouveau quartier qui jouxte l’hôpital Montfort, au sud, et le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, au nord. Le terrain est d’une superficie de plus de 300 acres.