Le centre de femmes L’Antre-Hulloise à Gatineau recevra 100 000 $ du gouvernement du Québec pour un projet de sensibilisation à la violence conjugale en Outaouais.
Le centre de femmes L’Antre-Hulloise à Gatineau recevra 100 000 $ du gouvernement du Québec pour un projet de sensibilisation à la violence conjugale en Outaouais.

Violence conjugale : L’Antre-Hulloise reçoit l’aide de Québec

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Le centre de femmes L’Antre-Hulloise à Gatineau recevra 100 000 $ du gouvernement du Québec pour un projet de sensibilisation à la violence conjugale en Outaouais.

Cette somme s’inscrit dans un budget de 1,9 million $ de Québec pour financer 19 projets à travers la province pour prévenir la violence conjugale et agir contre celle-ci.

En Outaouais, le projet de L’Antre-Hulloise «Soyez nos alliés» est financé pour une durée de deux ans. 

Le projet n’a pas été décrit par Québec. Les tentatives pour joindre un intervenant de l’organisme lundi pour avoir davantage de détails se sont avérées infructueuses.


« Il est essentiel de sensibiliser la population à la problématique de la violence conjugale, et de travailler à faire tomber les préjugés persistants et à développer une conscience collective sur cette question. »
Mathieu Lacombe

Cependant, le gouvernement a indiqué que les projets retenus doivent poursuivre l’un des deux objectifs suivants : mener des actions de sensibilisation visant les témoins de violence conjugale et l’entourage des personnes qui la subissent dans le but de les outiller pour l’adoption d’un rôle actif ou mener des actions de sensibilisation à l’intention des hommes et des garçons de façon à les sensibiliser à l’importance de lutter contre la violence conjugale, qu’ils en soient auteurs ou témoins, pour qu’ils deviennent des alliés et des modèles positifs.

«La violence conjugale concerne tout le monde et il s’agit d’un problème de société majeur. Toute la population doit être interpellée par cette problématique, qui ne relève pas que de la sphère privée. Tous et toutes ont un rôle à jouer dans la prévention de ce type de violence, dont les femmes sont les principales victimes. Cet appel de projets permettra de mettre à profit l’expertise d’organisations qui travaillent sur le terrain pour sensibiliser une large variété de clientèles, notamment les hommes et les garçons», a indiqué dans un communiqué la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest.

«Il est essentiel de sensibiliser la population à la problématique de la violence conjugale, et de travailler à faire tomber les préjugés persistants et à développer une conscience collective sur cette question. La responsabilité de prévenir la violence conjugale et d’agir contre celle-ci doit être partagée entre tous et toutes», a pour sa part souligné le ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe.

Selon des données publiées par le ministère de la Sécurité publique, l’Outaouais se trouvait en 2015 au 3e rang des régions administratives de la province pour le plus haut taux d’infractions contre la personne commise dans un contexte conjugal avec 351,8 cas pour 100 000 habitants. Le taux pour l’ensemble de la province était de 268,8.

Les femmes sont les principales victimes (78 %) des infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal au Québec. 

«Par rapport aux enlèvements, elles représentent 100 % des victimes. Dans des proportions tout aussi considérables, elles sont victimes d’agressions sexuelles (97,4 %), de séquestration (96,9 %), d’intimidation (91,3 %), de voies de fait de niveau 3 (87,5 %) et de harcèlement criminel (86,3 %)», précise le ministère de la Sécurité publique.

L’Antre-Hulloise est un centre de femmes qui existe depuis 1980. Il aide ses clientes à, entre autres, accroître leur autonomie. Aussi, il les accompagne dans leurs choix et démarches et les informe sur leurs droits et les ressources d’aide.