Brigil a modifié son projet immobilier Quartier Ambassade Champlain dans le secteur Aylmer.
Brigil a modifié son projet immobilier Quartier Ambassade Champlain dans le secteur Aylmer.

Village urbain Champlain à Aylmer: Brigil bonifie son projet

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Le projet immobilier Quartier Ambassade Champlain du constructeur gatinois Brigil a pris de l’ampleur depuis son adoption en 2015 par le conseil municipal.

La nouvelle mouture du «village urbain» a été présentée jeudi soir lors d’une consultation publique virtuelle à laquelle ont assisté devant leur écran d’ordinateur plus ou moins une quarantaine de personnes.

Le vaste projet situé entre le boulevard de Lucerne et le chemin d’Aylmer, entre les clubs de golf Château Cartier et Rivermead, devait initialement accueillir jusqu’à 3500 unités d’habitation. Le plan modifié présenté jeudi prévoit de 5000 à 6000 unités. Le projet est déjà commencé et la construction de deux immeubles devraient commencer en septembre ou en octobre. Les immeubles d’habitation seront de quelques étages jusqu’à des tours d’au maximum 25 planchers.

Des commerces de proximité d’entrepreneurs locaux et des espaces pour bureaux sont aussi dans les cartons.

Le projet immobilier Quartier Ambassade Champlain

Le promoteur immobilier dit vouloir construire cette communauté dans le respect de la biodiversité du secteur.

«On travaille actuellement avec des ingénieurs forestiers pour identifier les arbres et élaborer un plan de préservation dans certains des milieux», a expliqué Jessy Desjardins de Brigil Construction, tout en précisant que plus de 30 % des espaces naturels seront conservés.

Le promoteur a d’ailleurs signalé que l’architecture des immeubles s’adaptera à la topographie des lieux, et que des espaces de biodiversité, d’agriculture urbaine et de jardins communautaires seront aménagés. Les stationnements souterrains seront privilégiés, question de limiter les îlots de chaleur.

«Il y a beaucoup d’idées qu’on présente dans ce plan-ci qui proviennent d’interactions que nous avons eues avec des résidents. C’est quelque chose qui est en évolution. C’est vraiment un projet dans lequel on met beaucoup d’efforts depuis 20 ans. En 2000, quand Gilles (Desjardins) a acheté le terrain, il parlait déjà d’un village urbain, de services de proximité, de commerces locaux», a partagé Jessy Desjardins.

La consultation publique de jeudi soir a duré près de 75 minutes. Les participants devaient envoyer leurs questions par courriel. D’autres consultations avec les citoyens doivent avoir lieu. 

Le conseil municipal de Gatineau devra se pencher sur la nouvelle mouture du projet au cours des prochaines semaines.