Le Droit
Si l’état des autoroutes québécoises se compare avec les américaines, l’état des routes secondaires, comme ici le chemin Craig à Lévis, affiche un moins bon bilan, et ce, pour plusieurs facteurs, dont notre climat et les alternances gel-dégel, mais aussi la grandeur du territoire.
Si l’état des autoroutes québécoises se compare avec les américaines, l’état des routes secondaires, comme ici le chemin Craig à Lévis, affiche un moins bon bilan, et ce, pour plusieurs facteurs, dont notre climat et les alternances gel-dégel, mais aussi la grandeur du territoire.

Vérification faite: nos routes sont-elles en si mauvais état?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
L’affirmation «On entend régulièrement dire que les routes du Québec sont en bien pire état qu’ailleurs, qu’elles sont mal construites, mal entretenues, etc. Mais est-ce bien vrai? Personnellement, pour avoir voyagé pas mal, je trouve qu’elles ne sont pas pires qu’ailleurs, du moins dans les endroits où le climat est comparable. C’est plus entre les routes du Québec que je vois des différences. Dès qu’on s’enfonce un peu dans ce que l’on peut appeler l’arrière-pays, les routes sont parfois vraiment mauvaises», demande Jean-Claude Lachance, de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.