Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les syndicats réclament une fois de plus d’avoir recours aux purificateurs d’air comme «solution d’appoint» dans les classes.
Les syndicats réclament une fois de plus d’avoir recours aux purificateurs d’air comme «solution d’appoint» dans les classes.

Ventilation dans les écoles: les syndicats préconisent le principe de précaution

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations scolaires ont écrit au ministre de l’Éducation Jean-François Roberge et à son collègue de la Santé Christian Dubé pour les intimer à adopter le «principe de précaution» lorsqu’il est question de la transmission de la COVID-19 par aérosols dans les écoles.

Dans une lettre datée de vendredi et adressée également au Directeur national de santé publique, Horacio Arruda, les syndicats rappellent qu’ils réclament l’amélioration de la ventilation dans les établissements scolaires depuis des années.

Mais dans la «situation d’urgence» actuelle, ils demandent au gouvernement d’agir immédiatement pour protéger les enfants et le personnel scolaire.

Ils exigent entre autres de fermer les locaux des écoles qui ne sont pas ventilés, de retirer immédiatement les femmes enceintes des établissements et de constituer un calendrier d’entretien et de tests, qui serait rendu public.

Les syndicats réclament une fois de plus d’avoir recours aux purificateurs d’air comme «solution d’appoint» dans les classes. Ces appareils ne font pas l’unanimité parmi les experts, la santé publique jugeant qu’ils pourraient même nuire s’ils sont mal installés.

En entrevue, Éric Pronovost, président de la Fédération du personnel de soutien scolaire, a souligné que les purificateurs d’air seraient placés par des professionnels qui sauraient comment ils fonctionnent.

«Dans les recommandations, on ne dit pas non aux purificateurs d’air. Mais comme mesure d’appoint, ça pourrait être intéressant», a-t-il soutenu au bout du fil.