Marc McDermott

Vent de sympathie envers Marc McDermott

Un vent de sympathie a soufflé samedi sur Marc McDermott, cet homme de Cantley devenu bien malgré lui la cible de railleries et de montages vidéos dérisoires sur les réseaux sociaux. Ce vent a d'ailleurs emporté avec lui le jeu de société inspiré du Cantléen.
La grande entrevue du chroniqueur Denis Gratton dans l'édition du week-end du Droit sur M. McDermott, ce père monoparental qui demande que les moqueries à son endroit cessent, a suscité de nombreuses réactions sur le compte Facebook du journal. Plusieurs internautes ont témoigné de la compassion à l'endroit de M. McDermott, mais il y a aussi eu des commentaires sarcastiques sur le sujet.
Visiblement tenaillé par les remords, Michel Boucher, ce résident de Rivière-du Loup qui a lancé la semaine dernière le jeu J'ai l'doua, inspiré de M. McDermott, a décidé d'en cesser la vente. J'ai l'doua avait été rebaptisé Les voisins dérangeants au cours des dernières heures afin de le dissocier du Cantléen.
« Ça a été trop loin », a résumé M. Boucher au Droit, en fin d'après-midi samedi. 
« Avec les médias, les gens ont fait le lien avec l'homme. C'était comme si je riais de lui directement. Ce n'était pas mon but. Ce n'était absolument pas mon but. Je voulais sortir un jeu de société avec lequel les gens seraient intéressés de jouer et pour faire rire les gens. Quand je vois que je fais de la peine à des familles, j'ai décidé d'arrêter tout ça », a expliqué M. Boucher.
« On voit que ça brime du monde. C'était pour faire rire, et pas pour me moquer d'une personne en particulier. Je n'ai pas mis de nom ni de visage. Je n'aurai pas le choix de cesser les activités, de rembourser le monde et de m'excuser », a continué M. Boucher, précisant qu'environ 200 exemplaires du jeu ont été vendus.
« Ce n'est pas dans mon éthique (de faire de la peine à du monde) », a-t-il ajouté, précisant aussi que le compte Facebook du jeu sera fermé.
Les moqueries et l'intimidation à l'endroit de Marc McDermott ont commencé en 2011 à la suite d'une entrevue à la télévision concernant un remblai illégal sur son terrain. C'est toutefois la manière dont s'est exprimé M. McDermott, utilisant un langage coloré et parsemé de jurons, qui a retenu l'attention. M. McDermott défendait son droit d'aménager le remblai, en disant à quelques reprises « J'ai l'doua ! », mots devenus viraux dans les médias sociaux.
Thug Life Quebec a annoncé qu'il enlevait de son site web les références sur M. McDermott.
« Tel que mentionné dans la description de la page, nous retirons tout le contenu pouvant blesser ou déranger un individu. Nous invitons toutes les autres pages à faire de même », a écrit Thug Life Quebec sur Facebook.
Une campagne de sociofinancement sur GoFundMe a été créée par Éric Gagnon afin de soutenir M. McDermott et pour constituer un fonds d'études pour sa fille.