Avec un avertissement de chaleur diffusé par Environnement Canada lundi matin, le DSPU croit bon de répéter à nouveau quelles sont les bonnes pratiques.

Vague de chaleur: les conseils de prévention doivent être répétés

Bien que les experts de la santé publique répètent allègrement les conseils d’usage en période de grandes chaleurs, le message ne semble pas se rendre à tout le monde.

« Des fois, les gens passent toute la journée dehors et ils pensent qu’ils sont corrects, mais à la fin de la journée, ils ont besoin d’appeler l’ambulance, illustre la conseillère en santé environnementale de la Direction de santé publique (DSPU) de l’Outaouais, Véronique Juneau. Des appels comme ça, c’est assez courant. Il y a quand même plusieurs en période de chaleur. On voit qu’il y a une utilité à répéter les mêmes consignes de base. »

Avec un avertissement de chaleur diffusé par Environnement Canada lundi matin, le DSPU croit bon de répéter à nouveau quelles sont les bonnes pratiques.

Ces conseils élémentaires consistent en trois catégories plutôt simples : bien s’hydrater, rafraîchir notre peau et notre milieu et diminuer ses activités.

Boire beaucoup d’eau pour éviter un coup de chaleur, ça va de soi. Mme Juneau recommande toutefois d’en prendre un peu, mais de façon plus régulière plutôt que « caler un gros verre une fois de temps en temps », puisqu’on risque d’uriner toute cette eau assez rapidement en fonctionnant de la sorte.

L’experte en santé environnementale recommande de passer au moins deux heures par jour dans un lieu climatisé et d’utiliser de l’eau tiède sur une serviette ou dans un vaporisateur pour se rafraîchir.

Finalement, il faut éviter les activités physiques intenses à l’extérieur lorsque possible. S’il faut le faire dans le cadre de son travail, il faut prendre plus de pauses et bien s’hydrater.

Les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques et les personnes souffrant de problèmes de consommation sont particulièrement à risque, selon le DSPU.

D’ailleurs, Véronique Juneau insiste pour rappeler que la solidarité est très importante durant les périodes de grande chaleur.

On invite les proches de personnes vulnérables à leur rendre visite ou de faire un appel téléphonique pour s’assurer de leur bien-être. Gardez également un œil sur vos voisins et n’hésitez pas à leur offrir une boisson fraîche, dit Mme Juneau.

La Ville d’Ottawa décrète l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert sur son territoire.

+
FEUX INTERDITS  À OTTAWA

La Ville d’Ottawa décrète l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert sur son territoire. 

Le temps chaud et sec des derniers jours rend les boisés et herbages très vulnérables aux incendies. 

Même les feux sur des propriétés détentrices d’un permis sont interdits. 

Les feux de camp, tout comme le brûlage des déchets agricoles et de broussailles, sont visés par cette mesure préventive. 

Ailleurs à Gatineau et en Outaouais, la Société de protection des forêts contre le feu qualifie le danger d’incendie d’« élevé » à « très élevé ». 

Il est interdit en tout temps de faire un feu en plein air partout sur le territoire gatinois. 

Seuls les feux de joie peuvent être autorisés à la condition d’avoir obtenu un permis. 

Avec Louis-Denis Ebacher