Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En majorité, les résidents francophones d’Ottawa ont pu être servis en français au moment de se faire vacciner contre la COVID-19, si on se fie à un sondage réalisé par l’ACFO.
En majorité, les résidents francophones d’Ottawa ont pu être servis en français au moment de se faire vacciner contre la COVID-19, si on se fie à un sondage réalisé par l’ACFO.

Vaccination: une majorité a pu être servie en français, selon l'ACFO

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
En majorité, les résidents francophones d’Ottawa ont pu être servis en français au moment de se faire vacciner contre la COVID-19, si on se fie à un sondage réalisé par l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO).

L’ACFO a obtenu l’avis de 131 résidents d’Ottawa sur la simple question: «Avez-vous pu être servis en français quand vous avez eu votre vaccin contre la COVID-19 à Ottawa?»

Dans 58% des cas, la réponse a été «Oui».

Les commentaires soumis par les autres répondants démontrent toutefois que tout n’est pas rose, souligne la directrice générale de l’ACFO, Ajà Besler.

«L’ACFO Ottawa se réjouit de savoir que la majorité des répondants ont reçu des services en français lors de leur vaccination. Cependant, il reste encore du chemin à faire, particulièrement quant à l’offre active, ainsi que les services offerts par les entreprises privées», lance Mme Besler.

La majorité des répondants ont obtenu leur première dose dans une clinique communautaire de la Ville d’Ottawa. Parmi eux, 28 ont indiqué ne pas avoir été en mesure d’obtenir un service en français.

«Il y avait un service francophone très pauvre, voire inexistant, dans le processus de vaccination. Certaines personnes soutiennent qu’ils ont pu avoir de l’information en français uniquement à la dernière ou à la première étape. De plus, il y a eu un problème de documentation fournie uniquement en anglais et aucune offre active de service en français», résume l’ACFO dans un rapport.

Dans son coup de sonde, l’ACFO a également noté des difficultés à obtenir des services en français au moment de se faire vacciner dans les pharmacies et dans les cliniques temporaires organisées par la Ville d’Ottawa. Par exemple, parmi les cinq répondants qui ont indiqué avoir reçu leur injection à l’Hôpital Bruyère, trois ont souligné ne pas avoir reçu les services en français.

Après avoir analysé les 131 réponses obtenues, l’ACFO conclut que les services en français sont jugés excellents par ceux qui les ont reçus, mais que l’offre active fait défaut.