En Europe, des scientifiques ont récemment sonné l’alarme sur les impacts qu’aurait le BTI sur les écosystèmes.
En Europe, des scientifiques ont récemment sonné l’alarme sur les impacts qu’aurait le BTI sur les écosystèmes.

Utilisation du larvicide BTI: Gatineau se pose des questions, mais continue l’épandage

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La Ville de Gatineau annonce qu’elle consultera la population afin de mesurer le degré d’acceptabilité des citoyens par rapport à l’utilisation d’un larvicide, le BTI, pour contrôler les populations de moustiques sur son territoire. En attendant, elle relance un appel d’offres pour continuer d’en faire l’épandage en 2021.

La pratique d’épandage de BTI est autorisée par le ministère de l’Environnement du Québec. La Ville affirme que le produit est «sécuritaire pour la santé publique et l’environnement puisqu’il n’affecte que les larves des insectes piqueurs». Cette affirmation est cependant remise en question par un groupe de citoyens qui talonne le conseil à ce sujet depuis quelques mois.

Ils ne sont pas seuls à dénoncer l’utilisation de ce larvicide. En Europe, des scientifiques ont récemment sonné l’alarme sur les impacts qu’aurait ce produit sur les écosystèmes où il est utilisé. À Gatineau, son épandage est effectué à la demande de résidents qui acceptent de payer une taxe spéciale pour en profiter. En 2020, elle s’élevait à 12,70 $ et touchait 21 110 propriétés sur le territoire de la Ville.

«Le comité exécutif s’est intéressé au contrôle biologique des moustiques et il a été convenu que le dossier mérite une analyse plus poussée, a indiqué le président du comité, Cédric Tessier. Le mandat de revoir le programme a été confié à la Ville de revoir le programme pour l’année 2022. La Ville consultera la population sur le sujet afin de prendre les meilleures décisions possible, tant pour la qualité de vie des citoyens que pour l’écosystème et l’environnement.»

Le conseiller Cédric Tessier

L’objectif annoncé de la consultation publique est de vérifier l’acceptabilité de l’ajout d’une taxe dédiée pour le contrôle des insectes piqueurs, le degré de satisfaction par rapport au traitement dans les districts où la Ville procède à l’épandage et pour mesurer la compréhension et la perception par rapport aux effets et à l’utilisation du BTI.

Les districts où la Ville permet l’épandage de BTI sont Pointe-Gatineau, le Carrefour-de-l’Hôpital, du Versant, Bellevue, Lac-Beauchamp, de la Rivière-Blanche et de Masson-Angers.