Le maire Jim Watson a testé la voiture équipée du système qui détecte les feux de circulation.

Une ville encore plus intelligente

Imaginez ceci : au volant de votre voiture, en attente à un feu rouge, le tableau de bord vous indique le délai restant à la seconde près avant que le feu ne tourne au vert. Puis soudain, une fois que vous pesez sur l’accélérateur, il est inscrit à quelle vitesse rouler, dans le respect de la limite permise, pour que le feu soit toujours au vert à la prochaine intersection qui se retrouve sur votre itinéraire.

C’est cette technologie ultra moderne qui sera testée à Ottawa au cours de la prochaine année, la Ville ayant annoncé jeudi qu’elle s’associait à Transports Canada et au ministère des Transports de l’Ontario pour un projet pilote d’écoconduite assistée de véhicules commerciaux. Il s’agit d’une première au pays. 

Les essais auront lieu sur un tronçon de six kilomètres du chemin Hunt Club, entre les promenades Uplands et Cleopatra. Cette portion de route est dotée de 12 feux de circulation qui sont reliés au système de régulation de la circulation et des feux de la ville, en plus du système d’analyse de la firme Traffic Technology Services (TTS).

Toute l’information est relayée en temps réel au véhicule connecté, ce qui permet au conducteur de savoir avec exactitude quand le feu changera de couleur et par conséquent, l’aide à ajuster la vitesse afin de réduire la consommation d’essence. 

La probabilité de devoir freiner brusquement est également considérablement réduite.

Le maire Jim Watson, qui a fait l’essai de la technologie, s’est une fois de plus montré impressionné, lui qui avait testé il y a un mois un véhicule autonome relié en direct aux infrastructures municipales.

« C’est la technologie de l’avenir. Nous sommes la première ville canadienne à l’utiliser et c’est bon à la fois pour l’environnement et l’économie. Ça permet d’économiser de l’essence et donc de l’argent. Le projet nous aide dans notre objectif de devenir l’une des villes les plus intelligentes en Amérique du Nord », a-t-il lancé.

Certaines villes de l’Europe ou des États-Unis ont déjà recours à cette technologie avant-gardiste.

Pour ce projet pilote, la municipalité a fourni une tablette de base sur laquelle est installée une application, laquelle relaie cette information aux conducteurs de véhicules écologiques de Purolator et de Crepin Cartage. 

Quant au constructeur Audi, qui souhaite doter ses voitures d’une telle technologie dans un futur pas si lointain, le logiciel et le matériel seront intégrés dans certains modèles (A4, A5, Q5, Q7) ; il aura accès aux signaux des systèmes de régulation de la circulation par l’intermédiaire du système de TTS lorsque les voitures seront connectées aux infrastructures.

Ce système installé à bord d’une Audi peut détecter les feux de circulation et ainsi permettre au conducteur d’adapter sa conduite pour rouler sur les feux verts.

Purolator et Crepin ont mis à l’essai le système en août 2017, et ont parcouru le corridor au cours des derniers mois. L’étape de collecte de données étant terminée, l’Université Carleton a amorcé une analyse des données afin de déterminer les économies réalisées, tant en matière de réduction des émissions que de consommation d’essence. Un rapport doit être présenté au MTO d’ici la fin mars 2018.

Le coût du projet, qui s’élève à 300 000 $, est financé à 50 % par le fédéral. 

On dénombre approximativement 1150 intersections dotées de feux de circulation à Ottawa.