Les décombres de l'immeuble au 35, rue Desrosiers à Gatineau

Une usine désaffectée flambe

Le bâtiment désaffecté d’une ancienne usine de portes et fenêtres, rue Desrosiers à Gatineau, a été la proie des flammes, samedi.

Le service d’urgence 911 a d’abord été avisé par des voisins de l’immeuble que des flammes de plus de dix mètres étaient visibles à l’arrière du bâtiment. 

À l’arrivée de la première unité de pompiers, l’embrasement était déjà majeur à l’intérieur du bâtiment. Une stratégie dite défensive a donc été déployée par les services d’incendie parce que la structure menaçait de s’effondrer. L’ampleur de l’incendie et sa progression rapide étaient évidentes. 

Les dommages ne sont heureusement limités qu’au bâtiment d’origine, maintenant perte totale. 

Des équipes étaient toujours sur place, dimanche, pour terminer les opérations d’extinction et de déblaiement.

En tout, 55 pompiers et 18 camions ont participé à l’opération.

On pense que les dommages pourraient s’élever à plus d’un million et demi de dollars.

Tout un pan de vie

Daniel Garneau, qui s'est entretenu avec Le Droit, a été assembleur de portes-fenêtres pour cette entreprise durant 35 ans. Il y avait perdu son emploi lorsque la compagnie a fait faillite, il y a près de deux ans. 

«C’est touchant (de voir les décombres de l’entreprise). On a mis une partie de notre vie là-dedans», a-t-il déclaré.

M. Garneau soutient que l’immeuble était vide, outre la chaudière de chauffage à l’intérieur. Ce serait peut-être elle qui aurait explosé, pense-t-il. 

Personne n’a été blessé, mais des voisins ont dû être évacués pendant quelques heures.

L’enquête a été transférée à la police, ce qui laisse croire que la thèse criminelle serait peut-être étudiée.