Une trentaine de ménages sans logis

Le réveil s'annonce difficile, ce matin, pour une trentaine de ménages gatinois qui se retrouvent sans logis au lendemain du 1erjuillet alors que le taux d'inoccupation du parc locatif frôle les 5%.
Selon Logemen'occupe et les OEuvres Isidore-Ostiguy, cinq personnes seules se trouvent présentement sans logis, 17 ménages - dont 5 familles - habitent chez des amis ou des membres de la famille, et les appartements de dépannage offerts par les deux organismes affichent complets.
«Et il s'agit là de données conservatrices, affirme François Roy, coordonnateur à Logemen'occupe. Nous savons que par les années passées, plusieurs familles font appel à nos services au mois d'août, à quelques semaines de la rentrée scolaire alors qu'ils n'ont toujours pas trouvé de logis».
Alors que le taux d'inoccupation des logements est de près de 5%, la situation ne s'améliore guère pour les ménages à faibles revenus, selon M. Roy. Le nombre de familles sans logis est supérieur à celui enregistré à pareille date l'an dernier et le coût des loyers ne cesse d'augmenter.
«Si ces familles n'ont pas d'appartement, ce n'est pas parce qu'il n'y en a pas de disponible. Il suffit de se promener dans les rues de Gatineau pour voir toutes les pancartes de logements à louer. Le problème, c'est que le coût des loyers est beaucoup trop élevé pour ces ménages. De plus, ces derniers sont encore victimes de discrimination, soit parce qu'ils ont plusieurs enfants, soit parce qu'ils vivent de l'aide sociale. Les nouveaux arrivants souffrent eux aussi de discrimination», indique M. Roy.
Subvention d'urgence
Au cours des dernières années, Logemen'occupe pouvait aider ces familles grâce à une subvention d'urgence du gouvernement provincial qui permettait aux ménages de trouver un logement dans le secteur privé. Or, le nombre d'unités bénéficiant de cette mesure cette année s'élève à 15, et ce pour tout le Québec.
«De 2001 à 2005, nous avions une centaine d'unités pour Gatineau seulement. Nous n'avons pas besoin d'autant de logis cette année, mais il est clair que 15 à la grandeur du Québec, ce n'est pas suffisant», affirme François Roy.
Le coordonnateur de Logemen'occupe rencontrera la députée de Hull Maryse Gaudreault pour tenter de loger la trentaine de ménages sans logis. Il espère que Mme Gaudreault présentera des solutions durables.
«Chaque année, on nous dit qu'on ne laissera personne à la rue, mais c'est de la foutaise! On le voit bien que certaines familles sont à la rue et que d'autres sont mal logées, et ce 12 mois par année», mentionne M. Roy.
Clamontagne@ledroit.com