La prochaine tempête pourrait laisser assez de neige pour permettre l’ouverture des sentiers de motoneige en Outaouais.

Une tempête attendue par les motoneigistes

Si les précipitations de neige attendues à compter de lundi sur la région se matérialisent, les mordus de motoneige devraient pouvoir circuler sur l’ensemble du réseau de sentiers de l’Outaouais dès la semaine prochaine.

Même si un tapis blanc recouvre le sol de la région depuis la mi-novembre et que les températures glaciales ont été monnaie courante en décembre, il manque encore plusieurs centimètres de neige pour que la totalité des quelque 2200 kilomètres et plus de pistes balisées aménagées aux quatre coins du territoire soit ouverte aux motoneigistes, affirme Pierre Tremblay, administrateur au sein de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) pour l’Outaouais.

Les prévisions météorologiques laissent entrevoir que plus de 20 centimètres de neige pourraient tomber sur le sud du Québec, entre lundi et mercredi. L’Outaouais n’échappera vraisemblablement pas à cette importante bordée.

« Les clubs sont encore en train de travailler pour préparer le fond et entretenir les sentiers. Normalement, en Outaouais, la saison débute pas mal autour du 15 janvier. Ça nous prendrait au moins un autre 20 à 25 centimètres pour pouvoir commencer. D’après moi, avec la prochaine tempête, on devrait pouvoir ouvrir 100 % du réseau », indique M. Tremblay.

En date de jeudi, c’était entre 35 % et 40 % du réseau entretenu par les sept associations bénévoles de la région qui étaient carrossables pour la pratique de la motoneige, selon la FCMQ de l’Outaouais. Dans l’ensemble du Québec, ce sont 60 % des sentiers balisés qui étaient praticables, toujours selon les chiffres de la fédération.

Sécurité

La FCMQ profite du début officiel de la saison pour rappeler les règles de sécurité de base à suivre sur les sentiers. Respecter les limites de vitesse et la signalisation sur les pistes, éviter de conduire son engin sous l’influence de la drogue ou de l’alcool et ne pas emprunter les cours d’eau non balisés sont au nombre des consignes à respecter pour les usagers de la motoneige.

Le nombre d’accidents mortels impliquant des motoneigistes et répertoriés par la FCMQ était de 35 en 2014-2015. Ce nombre est passé à 28 en 2015-2016, à 24 en 2016-2017 et à 25 en 2017-2018.

Selon la responsable des relations médias pour la FCMQ, Marilou Perreault, « un incident mortel est un incident de trop ». Toutefois, les efforts de sensibilisation réalisés au fil des ans commencent à porter fruit, dit-elle. Le sport gagne en popularité, mais les décès reliés à la pratique de la motoneige ne suivent heureusement pas la même courbe de croissance, fait-elle valoir.

« La vente de droit d’accès a augmenté d’environ 10 % à 15 % annuellement depuis les trois ou quatre dernières années. Nous sommes rendus à près de 100 000 membres à la fédération, donc ce n’est pas à négliger. On ne se mettra pas la tête dans le sable, on n’arrivera jamais à zéro incident, mais notre souhait c’est de voir la situation au moins se stabiliser. On espère qu’en tapant sur le clou des comportements qui sont les plus problématiques, on a une incidence sur ce bilan », note Mme Perreault.