Une skieuse s'élance sur les pentes de Camp Fortune, à Chelsea, le dimanche de Pâques.

Une saison de ski en dents de scie

Les cinq stations de ski de l’Outaouais ont terminé ou termineront sous peu leur saison sur une note passablement satisfaisante dans l’ensemble, mais ce fut une saison faite de hauts et de bas...

Tous les gestionnaires de stations hivernales s’entendent pour dire que la saison 2017-2018 ne fut en rien comparable à l’année 2016-2017 qui fut exceptionnelle en tous points ; elle qui suivait une saison littéralement désastreuse, celle de 2015-2016.

Cette année, on peut donc dire que le mois de mars a, en quelque sorte, sauvé la saison, car les vacances de Noël, sur lesquelles les stations de ski comptent beaucoup, furent si froides que les skieurs désertèrent les pentes, même si les conditions de neige étaient impeccables.

Au Camp Fortune

À la station Camp Fortune de Chelsea, la directrice du marketing, Erin Boucher, estime que l’on terminera la saison avec une faible baisse de fréquentation par rapport à l’an dernier, soit 5 % de moins. 

« Mais c’est important de mentionner que l’année passée, c’était la meilleure saison des dix dernières années. L’année d’avant, ça a été la pire », explique Mme Boucher. 

Près de 175 000 visites de skieurs auront été comptabilisées cette saison.

Pour le week-end pascal, 14 des 23 pentes étaient ouvertes et quatre des sept remontées mécaniques fonctionnaient. Toutes les pistes dans les sous-bois étaient cependant fermées.

La journée de Pâques fut plutôt paisible, mais il y avait foule les Vendredi et Samedi saints.

En bref, deux mois furent difficiles cet hiver pour Camp Fortune avec un mois de décembre sibérien et un février pluvieux. Janvier et surtout mars auront rescapé la saison.  

Cet hiver, près de 450 employés à temps plein et partiel ont assuré le bon fonctionnement de la station hivernale, véritable usine récréative. 

Il reste encore deux ou trois bonnes semaines de ski, cette saison, avant de plier bagage, prévoit Erin Boucher.

« La semaine passée, c’était des conditions printanières. Maintenant, c’est un peu froid encore. Il va y avoir deux ou trois semaines de ski de printemps », assure Mme Boucher.

Des conditions de ski presque printanières, en ce dimanche de Pâques, à Camp Fortune.

Mont Saint-Marie

Le Droit a attrapé le propriétaire de la station de ski Mont Sainte-Marie, avant qu’il ne s’élance lui-même sur les pentes. Le Manitobain Robert Sudermann est également copropriétaire de Camp Fortune.

Il qualifie la présente saison qui s’achève de « okay season » pour Mont Sainte-Marie, sans plus. À une altitude de 560 mètres, les températures atteignaient parfois -30 °Celsius, là-haut, durant les vacances de Noël en décembre : un désastre pour les affaires, même si, encore une fois, la neige était belle et les conditions de glisse idéales. Ici aussi, mars a sauvé la mise.

Près de 100 000 visites auront été enregistrées cette année à Mont Sainte-Marie, prédit M. Sudermann.

Le dimanche de Pâques, les 31 pentes de la station hivernale étaient ouvertes et les conditions étaient excellentes. 

« C’est fantastique actuellement [...] C’est comme une combinaison de ski hivernal, le matin, quand c’est plus froid ; puis, la neige ramollit en après-midi et devient plus printanière, mais les températures demeurant froides, les conditions actuelles sont encore hivernales », explique Bob Sudermann. 

On prévoit fermer la montagne le dimanche 15 avril prochain.

Ski Vorlage

Le lundi d’après Pâques fut la dernière journée de ski pour Ski Vorlage à Wakefield.

Selon son président et directeur général, Dave Saunders, la saison fut, dans l’ensemble, positive, surtout parce que l’année précédente fut si bonne que les skieurs arrivèrent sur les pentes en décembre, remplis d’espoir. Malheureusement, après un début de saison en lion, la pluie de début janvier vint refroidir les ardeurs. La neige artificielle aura suppléé aux lacunes.

Dans l’ensemble, Ski Vorlage s’en tire avec une hausse des ventes de laissez-passer de saison et une augmentation des leçons de ski.

Pour le dernier week-end de ski, 12 des 17 pentes de la station étaient accessibles, et ce, uniquement de jour.  

Sommet Edelweiss

Le lundi d’après Pâques fut aussi la dernière journée de ski pour le Sommet Edelweiss à Wakefield qui a même essuyé de la pluie, samedi, en fin de journée.

Le dimanche de Pâques, neuf des vingt pentes de ski de la station de sports d’hiver étaient ouvertes et les conditions étaient correctes.