Les nouvelles maisons pour aînées mettront l’accent sur les préférences de résidents plutôt que sur les considérations administratives.
Les nouvelles maisons pour aînées mettront l’accent sur les préférences de résidents plutôt que sur les considérations administratives.

Une première maison des aînés à Hull

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
C’est à Gatineau qu’aura lieu la toute première annonce du gouvernement du Québec pour le dévoilement des emplacements qui accueilleront des maisons des aînés. Le Droit a appris que 60 places pour personnes âgées et 12 places « alternatives » verront le jour d’ici 2022 sur un terrain situé à proximité de l’Hôpital de Hull.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, annoncera ce lundi la construction en sol gatinois d’une première maison des aînés et alternative, un concept « à dimension humaine » destiné à remplacer les centres d’hébergement et de longue durée (CHSLD).

L’infrastructure, qui sera composée de six unités climatisées comptant 12 places chacune, sera érigée sur un terrain adjacent au CHSLD Lionel-Émond – longtemps appelé le Foyer du Bonheur. Selon nos informations, le terrain sera cédé pour la somme d’un dollar par la Fondation Santé Gatineau.

Le terrain situé à l’angle des boulevards Saint-Raymond et Lionel-Émond a une superficie de près de 5200 mètres carrés. Sa valeur foncière est établie à 1 037 700 $.

Deuxième site

Pour l’ensemble de l’Outaouais, le gouvernement prévoit créer un total de 131 places en maison des aînés ou en maison alternative d’ici 2022. À l’heure actuelle, 101 personnes sont en attente d’une place d’hébergement et de soins de longue durée dans la région. Le recrutement de personnel s’avérera sans aucun doute un défi dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre qui sévit de manière particulièrement intense dans le réseau de la santé.

Dans un avis d’appel d’intérêt lancé en décembre dernier, la Société québécoise des infrastructures (SQI) recherchait des terrains disponibles à la vente pour établir une maison des aînés dans l’est de Gatineau. La SQI cherchait alors un terrain de 7500 à 18 000 mètres carrés dans une zone se situant entre le boulevard Lorrain et le secteur Masson-Angers, de même qu’entre l’autoroute 50 et la route 148. Selon nos informations, aucune transaction n’a encore été ficelée dans cette zone.

Aucun avis similaire n’avait été publié pour d’autres secteurs de l’Outaouais. Sans vouloir parler de partisanerie politique, le député libéral de Pontiac et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, André Fortin, avait affirmé le mois dernier que le gouvernement manquait de « transparence » dans ce dossier.

L’attachée de presse de Marguerite Blais, Marjaurie Côté-Boileau, avait alors assuré qu’il y aurait une maison des aînés dans une circonscription libérale de la région et que « les besoins des aînés ne seront jamais politisés » sous la Coalition avenir Québec.

Selon le plan de match dévoilé par la ministre Blais l’automne dernier, les différentes unités des maisons des aînés regrouperont des « résidents partageant des caractéristiques et des intérêts similaires ». Les chambres seront individuelles, plus grandes que dans les CHSLD, et chaque résident aura une salle de toilette privée ainsi qu’une douche adaptée.

Des aires communes sont prévues, de même qu’un espace pour les proches aidants « afin de favoriser leurs visites et de leur offrir du répit, que ce soit le jour ou la nuit ».

Le gouvernement souhaite aussi éclipser le décor institutionnel des CHSLD, entre autres avec « des postes infirmiers dissimulés », tandis que des espaces extérieurs « ouverts à la communauté » sont aussi prévus.

Un document de travail daté du printemps dernier indique que les établissements de soins de longue durée doivent passer « d’un modèle institutionnel guidé par des considérations administratives à un modèle axé sur les choix et les préférences des résidents et de leurs proches ».

Le plan de match dévoilé par la CAQ l’automne dernier prévoit des aires communes pour favoriser les visites.

La CAQ prévoit créer 2600 places en maison des aînés ou en maison alternative d’ici 2022, tout en procédant à des rénovations ou à des reconstructions pour quelques 2500 places de CHSLD.

Alors que les maisons des aînés sont destinées à l’hébergement de personnes âgées « en perte d’autonomie modérée qui seront accompagnés jusqu’à la perte d’autonomie majeure », les maisons alternatives accueilleront « une clientèle adulte ayant des besoins spécifiques ». La facture pour développer toutes ces places est évaluée à 2,6 milliards $ par le gouvernement.