Alors que la saison active des tortues bat son plein, les citoyens de la région sont appelés à être vigilants et à signaler la présence de tortues sur les voies routières.
Alors que la saison active des tortues bat son plein, les citoyens de la région sont appelés à être vigilants et à signaler la présence de tortues sur les voies routières.

Une plateforme en ligne pour protéger les tortues

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Alors que la saison active des tortues bat son plein, les citoyens de la région sont appelés à être vigilants et à signaler la présence de tortues sur les voies routières.

À l’occasion de la Journée mondiale de la tortue qui a eu lieu samedi, Conservation de la nature Canada (CNC) invite les citoyens à signaler les tortues croisées sur les routes du Québec à l’aide de la plateforme Carapace.

La plateforme en ligne carapace.ca a été lancée en Outaouais en 2016 et est maintenant disponible sur l’ensemble du territoire québécois. Le but du site web est de « cibler les secteurs où la mortalité routière des tortues est élevée en faisant appel aux personnes vivant à proximité des milieux de vie de ces reptiles », selon CNC.

Les étapes à suivre pour signaler la présence d'une tortue sur la route.

Les citoyens sont donc invités à prendre en photo la tortue, à noter l’endroit où elle se trouve, qu’elle soit vivante ou morte, et à remplir une courte fiche de signalement sur la plateforme Carapace.

« Carapace, c’est plus de 100 partenaires partout au Québec qui contribuent à mobiliser les citoyens dans leur région afin d’accroître le nombre d’observations de tortues sur les routes année après année », indique la directrice de programmes pour l’ouest du Québec à CNC, Caroline Gagné.

Au cours de ses quatre années d’existence, la plateforme a permis de recevoir 4 218 signalements de la part de 2 555 personnes différentes, partout à travers le Québec.

« Grâce à cette participation citoyenne, nous avons commencé à identifier des tronçons où le risque de collision était présent pour les tortues. Il faut donc maintenir ces efforts pour mener à des actions concrètes de conservation », a renchéri Mme Gagné.

Une tortue des bois

Depuis le lancement du site web, 70 points chauds de mortalité routière ont été identifiés à travers la province, dont 33 en Outaouais.

Ces signalements permettent à CNC de « poser des actions concrètes pour réduire leur mortalité et à protéger les espèces menacées ou vulnérables ».

La saison active des tortues se déroule principalement de mai à octobre. « En traversant des routes ou des milieux terrestres, elles sont très vulnérables aux collisions et aux dérangements » précise CNC ajoutant que 10 % des observations sur la plateforme rapportent des tortues mortes ou blessées.

70 points chauds de mortalité routière ont été identifiés à travers la province, dont 33 en Outaouais.

Selon CNC, cinq espèces de tortues présentes dans la province sont désignées comme menacées ou vulnérables. Il s’agit de la tortue des bois, la tortue géographique, la tortue molle à épines, la tortue mouchetée et la tortue musquée

CNC tient à remercier les observateurs qui ont pris le temps de signaler la présence d’une tortue sur les routes. « Sans eux, il serait impossible pour CNC de déployer les ressources humaines nécessaires pour récolter suffisamment de données. »