Une patrouille verte à Gatineau

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Une nouvelle patrouille verte sillonnera les rues de Gatineau en période estivale afin de sensibiliser les citoyens aux règlements municipaux à caractère environnemental.
Il s'agit d'une des mesures inscrites dans le plan d'action de la nouvelle politique environnementale de la Ville de Gatineau, qui doit être approuvé lors du vote sur le budget, le 9 décembre. Le plan proposé prévoit des investissements de 300 000 $ par an, au cours des cinq prochaines années, afin de mettre en place de nouvelles initiatives vertes.
« Trois cent mille dollars, c'est un bon départ, soutient le conseiller Patrice Martin, président de la commission sur l'environnement. On verra si, au fil des ans, il faut réajuster ce montant, mais je pense qu'on peut faire plein de bonnes choses pour 300 000 $. »
La patrouille environnementale, qui comptera quatre employés temporaires, disposera d'un budget de 55 000 $ par an. Les patrouilleurs n'auront cependant pas le mandat de remettre de contraventions, comme peuvent le faire les inspecteurs municipaux et les policiers.
« Les gens nous ont demandé de sensibiliser les citoyens un peu plus à la chose environnementale, et la patrouille va nous permettre de communiquer de façon directe avec le citoyen », a expliqué M. Martin.
Qu'ils aient des questions sur l'efficacité énergétique, les moyens d'économiser l'eau potable ou encore les différentes façons de composter, les citoyens pourront s'adresser à cette patrouille, assure M. Martin.
Si le plan d'action est adopté, la Ville tentera de donner l'exemple pour réduire le gaspillage d'eau potable en installant, dès l'an prochain, des pompes d'eau brute pour les travaux municipaux. À compter de 2011, la municipalité entend aussi distribuer des trousses d'économie d'énergie et de consommation d'eau. Du côté de la Ville d'Ottawa, des trousses de valorisation de l'eau sont disponibles depuis 2007.
Les autorités municipales veulent renforcer, dès 2010, l'application des règlements sur le bruit et sur la préservation des arbres et boisés. La possibilité d'établir un réseau de vélos libre-service devrait également être étudiée l'an prochain.
Gatineau doit créer un poste de chargé de projet en développement durable pour coordonner toutes ces initiatives. Son salaire ne grugera toutefois pas d'argent pour la mise en place du plan d'action, puisqu'il doit être puisé à même le budget dédié aux ressources humaines de la Ville.