La mine Wallingford-Back

Une mine et une maison de la région parmi les sites les plus menacés au Canada

Deux lieux répertoriés dans la région figurent au sein du palmarès 2017 des 10 sites les plus menacés publié jeudi par la Fiducie nationale du Canada (FNC).
Du côté québécois de la rivière des Outaouais, la mine Wallingford-Back, à Mulgrave-et-Derry, au nord de Buckingham, se taille une place sur la plus récente liste de l'organisme de bienfaisance. La maison Somerset, située sur la rue Bank, à Ottawa, est également dans le lot des sites considérés par ce dernier comme étant les plus en péril à l'échelle du pays.
Victime d'une flambée de popularité, la mine désaffectée de Mulgrave-et-Derry, qualifiée de « trésor naturel » par des défenseurs du patrimoine, a fait les manchettes à maintes reprises au cours de la dernière année alors que le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec a même laissé planer à un certain moment un possible dynamitage des lieux afin de venir à bout du flot incessant de visiteurs clandestins non désirés sur cet ancien site d'extraction de quartz et feldspath. 
« En avril 2017, la municipalité régionale de comté de Papineau a accepté une recommandation du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec de bloquer définitivement l'accès à la mine (un investissement d'environ 200 000 $). Certains résidents et membres du groupe Facebook pour la conservation de la mine accueillent la décision avec des sentiments partagés : même si la démolition du site a pu être évitée, ils sont déçus que la mine ne soit pas mise en valeur en tant qu'attraction touristique », résume FNC, dans son document. 
En ce qui concerne la maison Somerset, la FNC rappelle dans son palmarès que l'immeuble est en détérioration depuis déjà plusieurs années et que « cet édifice essentiel du District de conservation du patrimoine du centre‑ville » fait l'objet d'une querelle entre la Ville d'Ottawa et son propriétaire depuis plus d'une décennie. 
« En 2016, la façade arrière du bâtiment a dû être démolie. Au‑delà d'une série de propositions, le propriétaire n'a pris, à ce jour, aucune mesure concrète pour la réhabilitation de ce bâtiment remarquable d'Ottawa », souligne la FNC.
Ce palmarès annuel permet selon la Fiducie nationale du Canada de « braquer les projecteurs de la nation sur des lieux historiques menacés parce qu'ils sont négligés, par manque de fonds, par suite d'un aménagement inapproprié ou en raison de la faiblesse des lois ».