Mireille Roy combine ses passions en donnant des cours de couture aux petits Haïtiens.

Une « grande réussite » pour Mireille Roy

Mireille Roy a deux passions dans la vie. La couture et le bénévolat. Depuis 14 ans maintenant, Mme Roy se donne le plaisir d’agencer ses deux passions afin de laisser une partie son héritage en Haïti.

« On ne se souviendra peut-être pas de Mireille Roy, mais on va se souvenir de ce qu’elle a fait », a-t-elle déclaré en entrevue avec Le Droit.

La fondatrice de Projet Mireille s’est donné comme mission d’apprendre la couture aux femmes haïtienne. Pour s’y faire, elle a mis sur pieds trois écoles de couture, soit une à Grand Goave, une à Taïno et une nouvellement inaugurée à Glaise dans lesquels 60 enfants apprennent à coudre. En plus de ces trois écoles, Mireille Roy a aussi participé à la création de trois centres de couture à Faucher, à Dano et à Tauzin. Heureusement, Mme Roy peut compter sur cinq professeurs ainsi que sur 10 animateurs rémunérés par Projet Mireille qui lui viennent en aide pour permettre la tenue de diverses activités.

« Les jeunes avec qui j’ai commencé à travailler il y a 13 ans sont rendus grands. Ils ont entre 19 et 21 ans et ce sont eux nos animateurs et nos professeurs aujourd’hui », dit-elle.

En plus des centres de coutures, Projet Mireille a mis sur pieds 10 bibliothèques satellites dans la région de Grand Goave.

« Je veux que les enfants aiment la lecture, mais que ce soit un plaisir, lance Mme Roy. Ce n’est pas de l’éducation ni des devoirs, je veux que les enfants aient du plaisir. »

À travers, ce projet, le but de Mireille Roy est de permettre à la femme de s’épanouir dans sa communauté en lui apprenant certaines choses pour qu’elle n’agisse pas simplement en tant que « servante ».

« Toutes mes couturières, une fois qu’ils auront fini de suivre leur cours, ces filles-là pourront aller travailler, par exemple, dans des manufactures, dit-elle. On veut permettre à la femme de se réévaluer, de se donner des habiletés et de se valoriser. »

« Pour moi c’est tellement important que la femme ait sa valeur dans la communauté puisque dans la culture haïtienne, bien souvent, la femme c’est une servante. Avoir une valeur et prendre sa place comme femme ce n’est pas facile alors qu’avec Projet Mireille, les femmes peuvent vraiment s’identifier », ajoute Mme Roy.

Pour la fondatrice de Projet Mireille, la plus belle reconnaissance dans tout ce projet c’est de voir les sourires sur le visage de ces femmes haïtiennes.

« Je suis tellement fière ! Quand je sors de là-bas je flotte ! De savoir que ces femmes-là se sont prises en main, sont capables de coudre, de se faire des vêtements et d’aller se chercher du travail parce qu’on leur a donné toutes les habiletés, c’est ma gratitude, c’est mon remerciement », dit-elle.

Des trousses hygiéniques

Outre les cours de couture, Projet Mireille vient en aide à certains besoins des femmes haïtiennes. C’est dans ce contexte que cette année, 240 trousses hygiéniques ont été distribuées à Grand Goave pour permettre aux jeunes femmes d’aller à l’école malgré les menstruations.

D’ailleurs, en janvier prochain, Mireille Roy s’envolera vers Haïti afin de donner un atelier pour apprendre aux femmes à fabriquer leur propre trousse.

« Ces trousses hygiéniques sont très importantes, car si les jeunes filles n’ont pas ce dont elles ont besoin lorsqu’elles sont menstruées, elles ne vont pas à l’école, mentionne Mme Roy. On va donc prendre des groupes de 12 femmes, à six ou sept reprises, et on va leur montrer le processus de fabrication du début à la fin pour qu’éventuellement, il y ait une petite coopérative où ces femmes-là pourront en fabriquer et en vendre. »

Manque d’argent

Malgré les nombreuses aides matérielles qu’elle reçoit de la part d’amis et de connaissances, Mme Roy souligne que « le seul et unique problème dans ce projet est le manque d’argent. »

« Je suis très gâtée ! La vie est très généreuse avec moi. La seule place où c’est plus difficile c’est du côté des dons. Nous sommes constamment en train de “tirer le bœuf par la queue” pour avoir des sous pour venir à bout de continuer de fournir le matériel nécessaire pour les activités de couture et d’amusement des enfants », souligne la fondatrice de Projet Mireille.

« À chaque fois qu’on envoie un baril, c’est 175 $ et là on vient d’en envoyer 12. Envoyer une machine à coudre c’est un autre 140 $ et on vient d’en envoyer trois, alors c’est beaucoup d’argent », ajoute-t-elle.

Projet Mireille peut maintenant compter sur la participation de quelque 350 femmes à ses activités.

L’année dernière, l’organisation a envoyé 31 barils ainsi que plusieurs boîtes de livres, de jouets, d’uniformes de soccer et de vêtements neufs pour les enfants de la région de Grand Goave et ses environs.

Pour ceux et celles qui voudraient faire un don à Projet Mireille, veuillez communiquer avec Mireille Roy au 819-778-8851, à l'adresse suivante mireille.roy04@gmail.com, ou sur la page Facebook de Projet Mireille.