Une Gatinoise disparue depuis trois semaines

Le Droit
Après une visite chez le médecin, le 27 octobre dernier, Lucie Caron a quitté sa résidence vers 15 h pour aller jouer une partie de cartes chez une amie qui habite à quelques pâtés de maison de son domicile. Elle n'a pas été revue depuis.
Mme Caron ne s'est jamais rendue à sa partie de cartes, son amie affirme ne pas l'avoir vue lors de cette journée.
Mort d'inquiétude, Denis Desjardins cherche son amie de coeur de façon désespérée depuis trois semaines.
Depuis, des membres de la famille de Mme Caron et de M. Desjardins posent des affiches à Gatineau et à Thurso, ville d'origine de la disparue. L'attente est difficile.
« Si elle lit ces lignes, je veux qu'elle sache qu'on est là pour elle, lance avec coeur M. Desjardins. Ta petite fille t'attend. Si on a fait quelque chose de mal, ça ne paraissait pas. Si elle a besoin d'aide, on va tout faire pour l'aider. »
Mme Caron, qui a des tendances dépressives et qui a la maladie de Crohn, élève une petite fille de neuf ans, Sabrina, atteinte d'autisme.
Aux dires de M. Desjardins, qui est le père de Sabrina, la fillette ne se rend pas compte de la situation. Mais il ajoute que son enfant demande à voir sa mère, à l'occasion.
Dur pour le moral
M. Desjardins ne cache pas qu'il vit ces moments difficilement. Il a quitté temporairement son emploi depuis la disparition de sa conjointe et attend cette dernière en dormant dans le salon, près de la porte d'entrée.
« J'ai le moral dans les talons, avoue l'homme de 56 ans. Depuis, je m'occupe de Sabrina à temps plein et je ne veux pas lui montrer que je suis affecté. J'ai toujours espoir que la porte va ouvrir et que Lucie va apparaître. Je suis inquiet. »
Selon ce dernier, rien ne laissait croire que sa conjointe disparaîtrait. À ses dires, elle a quitté pour sa partie de cartes avec le sourire aux lèvres.
« Je voudrais remercier les policiers pour leur travail, ajoute M. Desjardins. Ils m'ont bien expliqué ce qu'ils avaient à faire. »
Lucie Caron, 40 ans, mesure 1,65 mètre, a les yeux bleu gris et les cheveux châtains. Elle portait, au moment de sa disparition, des espadrilles grises, un jean, un chandail bleu à manches longues, un manteau de cuir noir avec de la fourrure sur les manches et une chaîne en or.
La Police de Gatineau confirme que la dame n'a pas effectué de transaction financière depuis le 22 octobre dernier. Son conjoint ajoute qu'elle n'est pas partie avec sa sacoche.
Les citoyens ayant des informations sur cette disparition sont priés de contacter le sergent-détective Mathieu Guilbault au 819-243-2345, poste 6049.