Une expulsion d'une chambre d'hôtel mène à une saisie de stupéfiants

Appelés en renfort pour expulser quatre individus qui refusaient de quitter leur chambre dans un hôtel du Vieux-Hull, des policiers de Gatineau ont eu la surprise d’y découvrir de nombreux stupéfiants, des armes prohibées et de l’équipement servant au trafic de drogue.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a fait savoir que l’arrestation des quatre personnes — deux hommes et deux femmes — a eu lieu dimanche « dans un complexe hôtelier du secteur du Vieux-Hull ».

« Les policiers se sont rendus à l’hôtel à la demande des responsables des lieux qui souhaitaient expulser des occupants, indique le SPVG. Ces derniers refusaient de quitter leur chambre, même si l’heure de départ prévue était passée depuis plusieurs heures. »

Une fois les policiers sur place, les responsables des lieux ont réitéré leur demande auprès des occupants de la chambre. « Devant un nouveau refus de quitter les lieux, les policiers ont investi la chambre afin de procéder à l’expulsion des individus, poursuit le SPVG dans un communiqué. Ils ont alors constaté la présence de divers comprimés et de plusieurs armes. »

En fouillant la chambre, les policiers ont notamment mis la main sur plus de 500 comprimés de méthamphétamine, 6,3 grammes de méthamphétamine cristallisée (crystal meth), une dizaine de grammes de cocaïne, des « comprimés de médicaments d’ordonnance et de substances inconnues ». Ils ont également saisi huit couteaux, « y compris des armes prohibées », un bâton télescopique, un fusil tronçonné de calibre .22, deux armes à air comprimé, de l’argent en devises canadiennes et du matériel « servant au trafic et à la consommation de stupéfiants ».

Les quatre occupants de la chambre, âgés de 22 à 35 ans, ont été arrêtés, puis transportés au poste de police afin d’être interrogés.

Michael Lawrence Jack, 34 ans, a comparu le jour même « pour répondre à des accusations de trafic et de possession de stupéfiants, de possession d’armes prohibées ou à autorisation restreinte, et de contravention d’une ordonnance d’interdiction », a indiqué le SPVG, en précisant qu’il est demeuré détenu.

Daniel Scott Bond, 35 ans, est quant à lui accusé de possession de stupéfiants. Il est aussi demeuré détenu après sa comparution.

Les deux femmes, âgées de 22 et 29 ans, ont de leur côté été libérées sous promesses de comparaître. Dans leur cas, « des accusations de possession de stupéfiants, de possession d’armes prohibées et de possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic ont été soumises au Directeur des poursuites criminelles et pénales », a fait savoir le SPVG.

Le corps policier souligne que toute personne détenant des informations concernant du trafic de stupéfiants peut contacter le 819-243-INFO (4636), option 2. « Les informations communiquées y sont traitées de façon confidentielle », assure le SPVG.