Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après 21 ans de vie commune, Stéphanie Demers a dit oui à son amoureux, Charles-Antoine Bachand. Ce dernier a imaginé un scénario digne d’Hollywood en affichant sa demande en mariage sur la marquise du défunt Cinéma ByTowne.
Après 21 ans de vie commune, Stéphanie Demers a dit oui à son amoureux, Charles-Antoine Bachand. Ce dernier a imaginé un scénario digne d’Hollywood en affichant sa demande en mariage sur la marquise du défunt Cinéma ByTowne.

Une demande en mariage digne d’Hollywood

Claudia Blais-Thompson
Claudia Blais-Thompson
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Après 21 ans de vie commune, Stéphanie Demers a dit oui à son amoureux, Charles-Antoine Bachand. Ce dernier a imaginé un scénario digne d’Hollywood en affichant sa demande en mariage sur la marquise du défunt Cinéma ByTowne.

Sans lui dévoiler trop de détails, M. Bachand a d’abord convaincu sa conjointe de l’accompagner jusqu’à la rue Rideau, à Ottawa.

« On n’a pas beaucoup de secrets l’un pour l’autre, explique-t-il. Il n’y a pas beaucoup de façons de faire semblant qu’il se passe quelque chose que l’autre ne saurait pas. »

Sur place, leur garçon, diplômé en arts visuels, attendait ses parents pour immortaliser le moment avec son appareil photo.


« Je voulais une demande qui serait assez originale et significative pour nous. Quand j’ai vu cette possibilité-là, l’idée m’a séduite. »
Charles-Antoine Bachand

« En tournant le coin de la rue Rideau, elle a regardé vers la marquise pour savoir si le ByTowne avait mis un message, dit M. Bachand. C’est là où elle a vu le message que je lui avais laissé. Je ne l’avais pas encore vu et je ne pouvais pas le voir parce que je conduisais. »

Véritable institution pour les cinéphiles d’Ottawa-Gatineau, le Cinéma ByTowne permet depuis quelque temps d’afficher des messages sur sa marquise pour appuyer les employés à la suite de la fermeture de l’établissement en décembre dernier. L’argent sert à alimenter le Fonds de reconnaissance des employés. Une occasion en or pour le fanatique du septième art, qui cherchait depuis quelque temps déjà, la bonne manière de demander la main de sa conjointe.

« Je voulais une demande qui serait assez originale et significative pour nous, raconte M. Bachand. Quand j’ai vu cette possibilité-là, l’idée m’a séduite. Il y a une charge culturelle que je trouvais sympathique et un peu de solidarité sociale que je trouvais élégante. »

Un genou déposé au sol devant le Cinéma ByTowne, M. Bachand a fait la grande demande. En sanglot, Mme Demers a pris quelques secondes pour reprendre ses esprits.

« J’ai eu beaucoup d’émotions, j’en ai pleuré un petit bout », indique-t-elle.

Enseignante en sciences de l’éducation à l’Université du Québec en Outaouais, Mme Demers est ensuite retournée difficilement à la routine.

« J’étais tout énervée, s’exclame-t-elle. En fin de compte, j’ai dit à mes étudiants que j’étais un peu distraite et je leur ai partagé la photo où Charles fait la demande officielle. J’ai les étudiants les plus merveilleux de la planète. Ils ont été super chaleureux et m’ont félicité. »

Le couple qui réside à Chelsea a décidé d’attendre que la pandémie soit terminée pour commencer la planification de leur mariage.

« On va voir comment les prochains mois se déroulent », mentionne Mme Demers.